Actualité théâtrale

Théâtre du Palais Royal, à partir du 27 janvier 2015.

"Des souris et des hommes" d’après le livre de John Steinbeck. Adaptation Marcel Duhamel. Mise en scène de Jean-Paul Evariste et Philippe Ivanic. Direction d’acteurs Anne Bourgeois.

Crée en 2002 au Théâtre 13, " Des souris et des hommes " est repris en 2010 au Petit Saint-Martin, puis au Théâtre 14 en 2012.

Après six tournées à guichets fermés, le spectacle se redonne pour une durée encore indéterminée, depuis le 27 janvier 2015 au Théâtre du Palais Royal…

Pourquoi George, un saisonnier qui parcourt les grands espaces californiens à la recherche de travail, traîne-t-il à ses basques Lennie, un simple d’esprit, infatigable à l’ouvrage, doté d’une force inouïe, quand celui-ci lui attire surtout des ennuis.

Car Lennie qui est la pâte des hommes, inconscient de la portée de ses gestes affectueux, tourne parfois ses élans de tendresse en violence destructrice.

Attiré par la douceur de la fourrure des lapins, comme par celle du pelage de jeunes chiots, celle du soyeux de la chevelure d’une femme, il est incapable de s’en tenir à la caresse et d’interdire à sa main de se crisper soudain.

C’est peut-être pour ne plus être confronté au danger de ces débordements et pour ménager une amitié qui s’est imposée entre les deux hommes, que George a, avec Lennie, le projet de cumuler un pécule et d’acheter une ferme où ils seraient seuls maîtres à bord…

L’action se situe pendant la grande crise des années 30 et met en présence des hommes rustres que les lendemains incertains, une vie d’errance, l’absence de présence féminine, livrent à des règles de vie sommaires.

Théâtre : des souris et des hommes

"Des souris et des hommes" est un spectacle citoyen et populaire qui traite du rejet de l’autre dans sa différence, du racisme et du machisme.

Même si ce spectacle rude et cruel s’accommode mal d’être donné dans un des théâtres à l’italienne parisiens le plus luxueux, même si les dorures à droite, à gauche, derrière et au-dessus de nos têtes contrastent avec la sobriété sur le plateau, on est très vite "embarqués" par la mise en scène simple et efficace et par la qualité et la cohérence du jeu des comédiens, par les lumières qui, dès l’ouverture du rideau, créent une atmosphère prégnante.

Voilà un bel exemple de théâtre artisanal, sans recherche d’effets et qui sait, en suivant un fil narratif linéaire, trouver les arguments pour séduire, passionner et émouvoir un public.

Francis Dubois

Théâtre du Palais Royal 38 rue Montpensier 75 001 Paris

Réservations 01 42 97 59 76

tpr@theatrepalaisroyal.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)