Actualité théâtrale

Au Théâtre de Gennevilliers

"Des témoins ordinaires" Jusqu’au 18 octobre

Ces témoins ordinaires, ce sont ces hommes et ces femmes qu’a rencontrés Rachid Ouramdane, qui parlent de l’atrocité de la guerre, de la torture, de la précarité et de l’exil. Qui parlent aussi de la difficulté qu’ils ont à s’exprimer dans une langue d’emprunt, de la peur de ne pas trouver le mot juste pour exprimer au plus près de la vérité des faits et leurs sentiments. C’était les années Buch, les droits de l’homme bafoués, les jeux olympiques de Pékin et la France normalisant ses relations avec des pays pratiquant la torture...
Rachid Ouramdane aurait pu faire appel à des textes plus forts, plus percutants pour livrer son message. Il a préféré la sincérité maladroite de ceux-là, le tâtonnement, l’expression malhabile, l’hésitation, les tics de langage…
Cinq danseurs contorsionnistes sont sur scène. Longtemps leur marche sillonnant le plateau exprime sans doute l’errance. Puis les corps chutent pour adopter des postures anormales ; les corps disloqués expriment une souffrance, la douleur, jusqu’à cette danseuse qui se lance dans un interminable tourbillon jusqu’à l’étourdissement. Elle exprime pendant de longues minutes un malaise extrême et les ressources infinies de l’homme, sa résistance à l’inconcevable.

Photo Erell Melscoet

La question est aussi de savoir comment peuvent se transmettre la mémoire et les héritages de la violence et quel peut être l’après pour celui qui a vécu, qui témoigne, pour son entourage mais aussi pour la société toute entière.
"Des témoins ordinaires" est un spectacle épuré d’une belle force. Il reste à se demander s’il n’aurait pas gagné avec d’autres lumières. La demi pénombre dans laquelle il se déroule souvent a un effet redondant avec le propos et avec le parti pris du répétitif.
Francis Dubois

Conception de Rachid Ouramdane. Festival d’automne.
Théâtre de Gennevilliers
Centre Dramatique National de création contemporaine
41 avenue des Grésillons 92 230 Gennevilliers.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 41 32 26 26 ou www.theatredegennevilliers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Adishatz /Adieu »
    Jonathan Capdevielle apparaît seul sur scène et entonne à capella avec son timbre de haute-contre les tubes de Madonna ou, avec l’accent de Tarbes, des chansons de Francis Cabrel, des chants... Lire la suite (18 décembre)
  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)