Actualité théâtrale

Au Théâtre de Gennevilliers

"Des témoins ordinaires" Jusqu’au 18 octobre

Ces témoins ordinaires, ce sont ces hommes et ces femmes qu’a rencontrés Rachid Ouramdane, qui parlent de l’atrocité de la guerre, de la torture, de la précarité et de l’exil. Qui parlent aussi de la difficulté qu’ils ont à s’exprimer dans une langue d’emprunt, de la peur de ne pas trouver le mot juste pour exprimer au plus près de la vérité des faits et leurs sentiments. C’était les années Buch, les droits de l’homme bafoués, les jeux olympiques de Pékin et la France normalisant ses relations avec des pays pratiquant la torture...
Rachid Ouramdane aurait pu faire appel à des textes plus forts, plus percutants pour livrer son message. Il a préféré la sincérité maladroite de ceux-là, le tâtonnement, l’expression malhabile, l’hésitation, les tics de langage…
Cinq danseurs contorsionnistes sont sur scène. Longtemps leur marche sillonnant le plateau exprime sans doute l’errance. Puis les corps chutent pour adopter des postures anormales ; les corps disloqués expriment une souffrance, la douleur, jusqu’à cette danseuse qui se lance dans un interminable tourbillon jusqu’à l’étourdissement. Elle exprime pendant de longues minutes un malaise extrême et les ressources infinies de l’homme, sa résistance à l’inconcevable.

Photo Erell Melscoet

La question est aussi de savoir comment peuvent se transmettre la mémoire et les héritages de la violence et quel peut être l’après pour celui qui a vécu, qui témoigne, pour son entourage mais aussi pour la société toute entière.
"Des témoins ordinaires" est un spectacle épuré d’une belle force. Il reste à se demander s’il n’aurait pas gagné avec d’autres lumières. La demi pénombre dans laquelle il se déroule souvent a un effet redondant avec le propos et avec le parti pris du répétitif.
Francis Dubois

Conception de Rachid Ouramdane. Festival d’automne.
Théâtre de Gennevilliers
Centre Dramatique National de création contemporaine
41 avenue des Grésillons 92 230 Gennevilliers.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 41 32 26 26 ou www.theatredegennevilliers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)