Actualité théâtrale

Jusqu’au 17 janvier à l’Européen

« Déshabillez mots »

Flor et Léonore, vous les aviez peut-être entendues le week-end, à l’heure du petit déjeuner sur France Inter ? Elles ont eu en 2009 le prix Scam de la première œuvre radiophonique et sont passées du studio de radio à la scène.

Leur idée, déshabiller les mots pour les rendre vivants. Pour cela elles les interviewent, elles les explorent à travers leur place dans le dictionnaire (pauvre pusillanimité « coincée entre pus et pustule »), dans les arts, l’histoire ou l’actualité. De légèreté à onanisme en passant par paresse, colère, infidélité, opinion ou virilité, elles explorent le destin des mots et nous entraînent dans un univers absurde et jubilatoire. En convoquant les mots, en les déshabillant, elles leur redonnent une vie, une chair, un sexe. En cherchant quelle créature peut se cacher sous l’infidélité ou la colère, elles n’interrogent pas que les mots, elles nous interrogent, lèvent le voile, débusquent l’inconscient sous le conscient. Elles nous chatouillent, nous obligent à réfléchir à ces mots que nous employons sans trop nous interroger, à les incarner et à chercher ce qu’ils cachent. Ce faisant elles débusquent les idées reçues, traquent les faux-semblants et ouvrent la porte à notre propre imaginaire. Le résultat est drôle, intelligent, excitant intellectuellement.
La mise en scène recrée un studio de radio avec micros ampoules rouges qui s’allument, bruitage, gimmicks, mais ne s’y enferme pas. Le dialogue entre les mots ennuyeux et ennuyant est ainsi une petite merveille. Il faut dire surtout que le texte est admirablement servi par la blonde Léonore Chaix et la brune Flor Lurienne. Elles sont espiègles, jouent de leur voix et de leur corps pour séduire, car il faut séduire le mot pour mieux le dévoiler. Le rire qu’elles déclenchent nous rend heureux car au delà de leurs jeux sur les mots, elles nous font entendre combien les mots nous habitent, combien ils sont bien plus riches que nous n’en avons conscience spontanément, combien ils sont au cœur de notre vie pour le meilleur ou le pire.
Micheline Rousselet

L’Européen
5 rue Biot, 75 017 Paris
Les lundis et mardis à 20h30, le dimanche à 17h
Réservations : 01 43 87 97 13 - se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)