Actualité théâtrale

Centre Dramatique National de Besançon du 20 au 22 mars 2018

« Désobéir » Texte Mathieu Riboulet Mise en scène Anne Monfort.

En 2015, Rob Lawrie est accusé d’avoir tenté de sauver une fillette afghane de la jungle de Calais.

On parle de « délit de solidarité ». Des manifestations et pétitions soutiennent le « malfaiteur ».

Finalement, les autorités qui ne veulent pas revenir bredouille d’un procès engagé, prononcent une peine pour...non-respect du code de la route !

Il y a de quoi s’interroger sur notre « vivre ensemble », sur les lois si mal faites qu’on on n’a pas envie de les respecter.

Quand l’Europe a-t-elle manqué le virage pour se retrouver dans la situation d’être incapable de respecter les droits humains qu’elle avait formulés ?

Théâtre : Desobéir

Anne Monfort s’est emparée du texte auto fictionnel de Mathieu Riboulet pour apporter un témoignage sur un plateau de théâtre.

C’est ainsi que sont portés par trois voix, la reconstitution du procès de Rob Lawrie en 2015, des situations d’improvisation autour de la désobéissance citoyenne et de moments puisés dans les films de Jacques Rivette qui traitent de l’existence de communautés secrètes.

Les trois acteurs-personnages prennent ainsi en charge la reconstitution documentaire du procès de Rob Lawrie avant d’engager chacun une prise de paroles personnelle sur l’engagement militant, puis vont tenter en s’appuyant sur les écrits de Henri David Thoreau, un des premiers théoriciens de la désobéissance civile, de s’interroger sur ce que pourrait être cette communauté de désobéissance.

Dans son travail, Anne Monfort interroge sur ce « nous » qu’on voudrait créer hors de l’état pour inventer un état plus équitable, plus juste et engage une réflexion sur le motif « on joue » donnant lieu à différents types de jeu sur les dates, les prénoms sur ces jeux dont on a oublié les règles.

On rêve à s’aimer, à inventer autre chose, à construire.....

Dans un décor réduit à la présence d’une composition sculpturale au centre du plateau, sorte de réplique du Radeau de la Méduse qui s’adapte aux différents usages dramaturgiques, évoluent les trois comédiens qui endossent tour à tour les rôles du prévenu, de l’avocat ou de l’auteur et qu’on sent en proche complicité avec le propos.

C’est souvent drôle, enlevé, insolent. Rien de trop dans le discours mais une force indéniable dans la dénonciation d’une justice qui enfreint la règle...

Un spectacle très fort, sincère et divertissant qui ne manque pas ses cibles.

A voir absolument.

Francis Dubois

Centre Dramatique National Espace Jean-Luc Lagarce 25 000 Besançon.

Réservation au 03 81 88 55 11

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Les Molières le 23 juin
    La cérémonie des Molières est maintenue, dans le respect des règles sanitaires, et sera diffusée en prime time le 23 juin sur France 2. Elle rappelle, en ces temps où l’avenir est encore incertain et... Lire la suite (25 mai)
  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)