Actualité théâtrale

Centre Dramatique National de Besançon du 20 au 22 mars 2018

« Désobéir » Texte Mathieu Riboulet Mise en scène Anne Monfort.

En 2015, Rob Lawrie est accusé d’avoir tenté de sauver une fillette afghane de la jungle de Calais.

On parle de « délit de solidarité ». Des manifestations et pétitions soutiennent le « malfaiteur ».

Finalement, les autorités qui ne veulent pas revenir bredouille d’un procès engagé, prononcent une peine pour...non-respect du code de la route !

Il y a de quoi s’interroger sur notre « vivre ensemble », sur les lois si mal faites qu’on on n’a pas envie de les respecter.

Quand l’Europe a-t-elle manqué le virage pour se retrouver dans la situation d’être incapable de respecter les droits humains qu’elle avait formulés ?

Théâtre : Desobéir

Anne Monfort s’est emparée du texte auto fictionnel de Mathieu Riboulet pour apporter un témoignage sur un plateau de théâtre.

C’est ainsi que sont portés par trois voix, la reconstitution du procès de Rob Lawrie en 2015, des situations d’improvisation autour de la désobéissance citoyenne et de moments puisés dans les films de Jacques Rivette qui traitent de l’existence de communautés secrètes.

Les trois acteurs-personnages prennent ainsi en charge la reconstitution documentaire du procès de Rob Lawrie avant d’engager chacun une prise de paroles personnelle sur l’engagement militant, puis vont tenter en s’appuyant sur les écrits de Henri David Thoreau, un des premiers théoriciens de la désobéissance civile, de s’interroger sur ce que pourrait être cette communauté de désobéissance.

Dans son travail, Anne Monfort interroge sur ce « nous » qu’on voudrait créer hors de l’état pour inventer un état plus équitable, plus juste et engage une réflexion sur le motif « on joue » donnant lieu à différents types de jeu sur les dates, les prénoms sur ces jeux dont on a oublié les règles.

On rêve à s’aimer, à inventer autre chose, à construire.....

Dans un décor réduit à la présence d’une composition sculpturale au centre du plateau, sorte de réplique du Radeau de la Méduse qui s’adapte aux différents usages dramaturgiques, évoluent les trois comédiens qui endossent tour à tour les rôles du prévenu, de l’avocat ou de l’auteur et qu’on sent en proche complicité avec le propos.

C’est souvent drôle, enlevé, insolent. Rien de trop dans le discours mais une force indéniable dans la dénonciation d’une justice qui enfreint la règle...

Un spectacle très fort, sincère et divertissant qui ne manque pas ses cibles.

A voir absolument.

Francis Dubois

Centre Dramatique National Espace Jean-Luc Lagarce 25 000 Besançon.

Réservation au 03 81 88 55 11

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)