Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Le coin du polar (3)

Deux classiques réédités « Le cercle celtique » et « Touchez pas au grisbi »

Folio Policier a eu la bonne idée de remettre à la disposition des lect(rice)eurs des romans policiers dits « culte » - c’est le titre générique de ces rééditions.

Deux sont disponibles avec une présentation inédite d’un autre auteur de polar.

« Le cercle celtique » bénéficie ainsi d’une sorte d’introduction de Heinrich Steinfest, auteur notamment de « Requins d’eau douce », polar parodique qui ne parle pas à un lecteur français. Il s’interroge sur les raisons de la capacité d’innovation du roman policier et du polar. Il pense qu’elle se trouve dans la nécessité d’être lu par le plus grand nombre, « de faire populaire ». Mais pas populiste… Intelligemment, au lieu d’expliquer l’intrigue, il rajoute un peu de mystère. Pour obliger le lecteur à aller lire. Il ne regrettera pas le voyage. Partir sur un voilier est risqué. Il faut suivre des consignes que donne l’auteur, Björn Larsson, professeur de littérature française dans le civil. Il saura pourquoi il ne faut jamais prendre le morceau de pain brûlé.

« Touchez pas au grisbi » est sans doute plus connu des lecteurs francophones, surtout par l’intermédiaire du film. Patrick Pécherot, né en 1953 au moment où paraît ce roman dans la Série Noire, auteur d’une trilogie sur le Paris de l’entre deux guerres, brosse le tableau de ce milieu des années 1950 où les truands ont une langue spécifique, un argot construit dans les faubourgs parisiens. Albert Simonin a alors près de cinquante ans et sa carrière commence au moment où celle de ses héros truands s’achève. Michel Audiard, dans ses dialogues pour le cinéma, saura s’inspirer de ce langage imagé qui a disparu avec la mémoire de la Capitale.

Ce livre là est plus qu’un roman policier, c’est une balise du passé, de ce passé qu’il faut connaître pour le dépasser.

Lire « Touchez pas au grisbi », c’est se plonger dans l’Histoire de Paris.

Nicolas Béniès.

« Le cercle celtique », Björn Larsson, traduit par Christine Hammarstrand, présenté par Heinrich Steinfest, traduit par Corinna Gepner ; « Touchez pas au grisbi », Albert Simonin, présenté par Patrick Pécherot, Folio Policier, « Polar Culte » .

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • Jean d’Aillon
    Jean d’Aillon poursuit les chroniques d’Edward Holmes et Gower Watson inspirées par Conan Doyle – il faut reconnaître l’intrigue – et habillées par les descriptions de la situation politique et militaire... Lire la suite (8 janvier)
  • « Power », Michaël Mention, 10/18
    Les années 1960 sont des années de mort, l’assassinat de John Kennedy en 1963, celui de son frère Robert le 6 juin 1968 et entre, celui de Malcom X le 21 février 1965 et de Martin Luther King le 4... Lire la suite (7 janvier)
  • Redécouvrir James Baldwin. (1924-1987)
    James Baldwin est un peu oublié ces temps-ci. Une erreur. Ses romans, ses articles restent des repères essentiels pour appréhender les États-Unis d’aujourd’hui et d’hier. La question blanche, une... Lire la suite (Décembre 2019)
  • Dans la collection 10/18, Grands déctectives
    10/18 propose, dans la collection Grands Détectives : « Les premières enquêtes de Lizzie Martin », deux en l’occurrence : « Un intérêt particulier pour les morts » et « La curiosité est un pêché mortel... Lire la suite (Décembre 2019)
  • « Les variations de la citerne », Jan Wagner
    Le Père Noël n’est pas toujours nécessaire pour faire des cadeaux. Toutes les périodes de l’année sont propices. Par les temps qui courent – et vite – il est nécessaire de se référer plutôt à la Mère... Lire la suite (Décembre 2019)