Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Film écrit par Antoine de Baeque, réalisé par Emmanuel Laurent (France)

"Deux de la vague" Sortie en salles le 12 janvier 2011

La première rencontre de Jean-Luc Godard et François Truffaut date du tout début des années 50. Ils ont vingt ans à quelques mois près, fréquentent les mêmes ciné-clubs et écrivent pour les mêmes revues.
Lorsque le cadet triomphe à Cannes avec "Les 400 coups", il aide son aîné à passer à la réalisation en lui offrant un scénario qu’il a écrit et qui s’intitule déjà "A bout de souffle".

© LesFilmsDuCarosse

Une solide amitié va les lier au long des années soixante alors que leurs deux carrières connaissent un cheminement en dents de scie. Le second film de Truffaut "Tirez sur le pianiste" sera un cuisant échec public et Godard cumulera le revers des "Carabiniers" d’ "Une femme est une femme" et le coup de la censure pour "Le petit soldat" avant de rebondir avec "Pierrot le Fou".
Ils lutteront côte à côte pour défendre la liberté de création et dénonceront la censure sous Malraux quand elle interdit la sortie de "La religieuse" de Rivette. Ils devanceront même de quelques mois mai soixante huit en s’élevant contre le renvoi d’Henri Langlois de la cinémathèque. Et aux côtés de Louis Malle, de Chabrol, Rivette, Doniel-Valcroze et quelques autres il seront à l’origine de la suspension du Festival de Cannes 68.
Pourtant, leur amitié va cesser au début des années 70 quand l’un et l’autre prennent professionnellement des chemins différents. Godard choisit la voie du cinéma expérimental qui privilégie la recherche et l’esthétisme alors que Truffaut réalise des films plus conventionnels même s’il restent des œuvres très personnelles.
"La nuit américaine" créera la rupture définitive et ils auront, au moment de la sortie de ce film un échange de lettres virulentes et souvent insultantes. Ils resteront éloignés l’un de l’autre jusqu’au bout.
Un autre élément est sans doute intervenu dans la brouille entre les deux amis. Jean-Pierre Léaud qui était lié au gros succès des "400 coups" fut également souvent sollicité par Godard pour jouer dans ses films, et il se passa une longue période au cours de laquelle la carrière de celui-ci alterna les réalisations des deux cinéastes. La paternité professionnelle donnait-elle l’avantage à François Truffaut qui l’avait révélé ou à Jean-Luc Godard qui lui avait offert des rôles dans des films cultes comme "La chinoise" ?
Antoine de Baeque a écrit et Emmanuel Laurent réalisé un film nécessaire. D’autant plus nécessaire qu’il sort sur les écrans à un moment où, coup sur coup, viennent de disparaître Eric Rohmer et Claude Chabrol, que Truffaut et Demy ont disparu et que les seul survivants restent Godard et Rivette, ainsi que Resnais, réalisateurs âgés et un peu en stand by. Leur film est un hommage à ce cinéma des années 50-60 qui fut un phénomène unique comme un concours de circonstances heureux qui ne se reproduira jamais plus.
Le choix de mettre dans leur film, la comédienne Isild Le besco en personnage muet, témoin de cette période est à la fois une bonne et une détestable idée. Isild le Besco est sensée représenter ici la nouvelle Nouvelle vague ce qui est faux. Car, sans vouloir nier le talent de cette jeune réalisatrice talentueuse et brouillonne, son cinéma est isolé et ses films ne font écho à aucun autre. Or, le miracle de la Nouvelle vague était dans la rencontre et dans l’entremêlement de tous ces talents singuliers à la fois.
Allez-voir "Deux de la vague". Pour les "contemporains" de cette période, c’est émouvant, c’est drôle, c’est cruel et c’est à pleurer….
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Lola vers la mer »
    Lorsque Lola, jeune fille transgenre de dix huit ans est sur le point de se faire opérer, que la phase finale de sa transformation est imminente, sa mère qui l’avait toujours soutenue dans sa... Lire la suite (7 décembre)
  • « Les envoûtés »
    La directrice du magazine où Coline n’a jusque là écrit que sur des romans récemment parus lui propose de se charger de la rubrique « Le récit du mois ». Pour cela, elle doit rejoindre dans la maison au... Lire la suite (7 décembre)
  • « Un été à Changsha »
    Dans l’été caniculaire de Changsha, ville située au cœur de la Chine, l’inspecteur Bin enquête sur une drôle d’histoire, la disparition d’un jeune homme dont on a retrouvé le bras sur les bords de la... Lire la suite (3 décembre)
  • « Seules les bêtes »
    Un femme disparaît mystérieusement. Sa voiture est retrouvée abandonnée au bord de la route de montagnes qui conduit à quelques fermes isolées du Causse. Alors que la gendarmerie tente de retrouver... Lire la suite (2 décembre)
  • « It must be heaven »
    Elia Suleiman fuit la Palestine à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil avant de réaliser que son pays d’origine le suit comme une ombre. La France d’abord, lui offre le spectacle d’un Paris... Lire la suite (2 décembre)