Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Christophe Cousin (Canada-France)

"Deux temps, trois mouvements" Sortie en salles le 28 janvier 2015.

Victor, une quinzaine d’années, vient de quitter la France et de s’installer avec sa mère au Québec.

Ce déracinement, à un âge particulièrement vulnérable, le rend irascible et asocial.

Loin du pays où il a grandi et de ses amis, il devient solitaire.

Au collège, il multiplie les retards, les absences et dérive doucement vers l’état du mauvais élève réfractaire.

Un jour qu’il trouve refuge sur le toit en terrasse de l’établissement, il croit avoir provoqué, en voulant le retenir, la chute dans le vide d’un garçon sur le point de se suicider.

Mais, avant de déclencher l’alarme, il s’empare sur le corps inerte, du MP3 et des écouteurs que le cadavre avait encore aux oreilles.

Bien qu’il découvre sur l’appareil des messages qui confirment que François était bien sur le point de se jeter dans le vide, il est tenaillé par une culpabilité latente.

Il lui faudra sauver un ami de la noyade et recevoir ses confidences, pour pouvoir prendre la mesure de ce qu’il a vécu, affronter la vérité, parvenir à s’affranchir des sentiments qui le hantaient, retrouver un équilibre et rétablir avec son entourage des relations plus sereines.

Cinéma : Deux temps, trois mouvements

" Deux temps, trois mouvements " traite de l’âge délicat de l’adolescence à partir du déracinement, d’un chaos familial et d’un événement particulièrement dramatique.

Victor est encore un enfant et face à la mort qui est pour lui un fait abstrait, il se comporte comme tel.

Mais, par ailleurs, si récente et mince soit-elle, son appartenance à l’âge adulte lui fait prendre conscience de ce que représente la mort, peut-être par sa faute, d’un garçon de son âge à travers la douleur d’une mère.

Le jeune Zacharie Chasseriaud qu’on avait remarqué dans " Les géants" de Bouli Lanners en 2011 porte le film avec une force toute intérieure. Il apporte au personnage de Victor une densité tout autant dans l’incertitude que dans la détermination, la puissance de son regard que la douceur qu’on peut y lire.

Il est à la fois l’archétype de l’adolescent et l’adolescent singulier du film. La mise en scène toute en retenue se contente d’accompagner Victor d’une épreuve à l’autre et de capter au plus près les élans de ténacité qui l’aideront à sortir de l’impasse où l’ont plongé les événements et à passer de l’autre côté de l’âge, avec un regard averti sur la vie.

Un beau film à la mise en scène discrète qui laisse l’histoire aux comédiens car, aux côtés de Zacharie Chasseriaud, Aure Atika qui interprète sa mère donne sa partition avec infiniment de retenue. Quelques scènes suffisent à nous rappeler qu’elle est une remarquable comédienne.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La camarista »
    Evelina est femme de chambre dans un luxueux hôtel de Mexico. Malgré son maigre salaire, elle a dû trouver une personne pour garder sa petite fille pendant ses heures de travail. Dans la perspective... Lire la suite (15 avril)
  • « El Reino »
    Manuel Lopez-Vidal est un homme politique en pleine ascension. Il était jusque là surtout influent dans sa région mais il s’apprête à prendre la direction nationale de son parti. C’est à ce stade de... Lire la suite (15 avril)
  • « L’époque »
    Du Paris de l’après-Charlie jusqu’aux élections présidentielles de 2017, un arrêt sur image au plus près d’une jeunesse poussée au dilettantisme qui se reconnaît dans ses errances de nuit et qui, guidée... Lire la suite (14 avril)
  • « Seule à mon mariage »
    Pamela, jeune Rom vive, spontanée, parfois insolente, vit très pauvrement avec son aïeule et sa petite fille, dans un petit village de Roumanie. Se démarquant des autres filles de sa communauté, elle... Lire la suite (14 avril)
  • « Menocchio »
    En Italie à la fin du XVIème siècle, Menocchio, meunier autodidacte d’un petit village perdu des montagnes du Frioul, est accusé d’hérésie pour avancer des idées personnelles sur la pauvreté, l’amour, la... Lire la suite (14 avril)