Actualité des collèges et des académies

US n°774

Devoirs faits en Bretagne

Dans l’académie de Rennes, les vies scolaires sont mises à contribution pour prendre en charge l’organisation de Devoirs faits. Le recteur a donné pour consigne de recruter des jeunes en service civique volontaire. Les chefs d’établissement ont été encouragés à prêter attention au « profil » des candidats, déjà peu nombreux. L’encadrement des élèves reposera donc essentiellement sur les AED, le plus souvent pendant leur temps de service habituel(1). Ils accueillent plutôt favorablement cette nouvelle mission qui les valorise et les légitime dans leurs relations avec les élèves. Elle risque pourtant de les détourner de leurs autres missions et la plus grande vigilance s’impose pour éviter les dérives.

Faire plus avec moins ?
Pour les CPE, les situations vont d’un extrême à l’autre : ici tout repose sur eux, là ils sont tenus à l’écart. Des tensions surgissent parfois quand, par exemple, un chef d’établissement décrète que les AED seront mobilisés pour Devoirs faits plutôt que d’encadrer la montée dans les bus à la sortie du collège, mission qui engage la responsabilité des CPE.
L’investissement des équipes enseignantes est très variable d’un établissement à l’autre. Les coordinateurs sont indemnisés par une demi-IMP sur une enveloppe académique spécifique.
On constate surtout l’abandon de pratiques antérieures d’accompagnement des élèves qui donnaient satisfaction. Parfois ces dernières sont sauvegardées et simplement renommées « devoirs faits ». En général, les organisations prévues sont irréalistes au regard des impératifs de la vie de l’établissement. C’est notamment le cas quand les permanences sont rebaptisées Devoirs faits. Comment, en effet, imaginer que l’on pourra faire plus avec des moyens équivalents ? Et ne doit-on pas craindre des réticences de la part des élèves si le dispositif Devoirs faits placé en fin de journée devait augmenter leur temps de présence au collège ?
Les collègues sont sceptiques sur un énième dispositif qui ne tient pas compte de leur expertise professionnelle. Comment accompagner l’élève dans son travail, lutter contre les déterminismes sociaux et favoriser la réussite de tous ? Devoirs faits ne répond à aucune de ces questions.
Pierre-Yves More, SNES-FSU Bretagne

(1) Ce sont les seuls personnels à ne pas pouvoir refuser cette mission. Les collègues qui n’ont pas atteint leur maxima de service et les TZR rattachés peuvent refuser ou exiger des HSE.

Autres articles de la rubrique Actualité des collèges et des académies

  • Devoirs faits : le grand écart à Grenoble
    Ce sont deux collèges autour de Grenoble dont les seuls noms – Fernand Léger et Barnave – résument l’environnement socio-économique des élèves : Fernand Léger, collège sortant d’éducation prioritaire, de... Lire la suite (16 novembre)
  • La rentrée au collège !
    Effectifs : Cote d’alerte dépassée Après une augmentation de 43 000 en 2016, le second degré enregistre une progression de 56 000 élèves à la rentrée. Une hausse qui se concentre sur deux niveaux, la... Lire la suite (1er octobre)
  • Grèves au collège Anatole-France à Drancy
    Après une première grève des enseignants le 18 mai, les parents d’élèves ont organisé à leur tour une journée « collège désert » pour protester contre le manque de surveillants. Un mouvement très largement... Lire la suite (22 juin)
  • Rennes
    Quarante collègues des collèges publics de l’académie de Rennes ont échangé sur le bilan de la réforme du collège le 16 mai. Après neuf mois de mise en œuvre, l’épuisement est palpable. Ils demandent au... Lire la suite (22 juin)