Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Jacques Audiard (France)

"Dheepan" Sortie en salles le 26 août 2015

.

Dheepan a combattu pour l’indépendance tamoule dans les rangs des Tigres. Lorsque la guerre civile s’est achevée sur une défaite, cet homme qui a vu périr toute sa famille, se voit contraint d’émigrer.

Pour appuyer sa demande d’asile politique, il a besoin de se présenter comme un homme marié, père d’un enfant. On recrute pour lui une femme qui doit, elle aussi, fuir le pays et une gamine que la guerre a laissée sans famille.

Cette "fausse famille" arrive en France et Dheepan trouve un travail de gardien d’immeuble dans une cité populaire de la banlieue parisienne.

Pourvu d’un toit et d’un emploi rémunérateur, il espère bâtir un véritable foyer avec cette fausse épouse et sa fausse fille et s’engager dans une nouvelle vie.

Mais le fonctionnement des jeunes de la cité, la violence quotidienne dont il est le témoin font ressurgir chez cet ancien combattant les blessures mal cicatrisées de la guerre.

Cet homme déterminé à vivre et à construire, va devoir renouer avec ses instincts guerriers pour mettre sur pied le projet qui lui tient à cœur.

Cinéma : Deephan

On ne peut pas voir le film de Jacques Audiard sans connaître le passé du comédien interprète de Dheepan.

Anthonythasan Jesuthasan fut enrôlé à l’âge de seize ans par les Tigres de libération de l’Ilam Tamoul, il demeura enfant soldat jusqu’à dix-neuf ans, âge auquel il fuit son pays pour la Thaïlande. Il rejoignit la France en 1993 où, après avoir multiplié les petits boulots, il a entamé une carrière d’écrivain.

Le film s’ouvre sur la rencontre de Dheepan, Yalini et de la fillette, trois personnages que rien n’apparente, réunis par la seule nécessité de fuir leur pays.

Dheepan et Yalini sont d’autant plus étrangers l’un à l’autre que leur choix de destination diffère, que lui est un guerrier et elle, une civile.

Cependant, la promiscuité et la force des choses aidant, Dheepan découvre que Yalini peut lui apporter ce dont il a fondamentalement besoin : un but dans la vie.

Or, La jeune femme s’avère plus résistante qu’en apparence et son motif d’opposition repose sur le fait qu’elle est en France contre son gré et que son désir est de rejoindre l’Angleterre où elle a de la famille.

De façon chaotique mais avec persévérance, les deux personnages auront parcouru un immense chemin entre la première et la dernière image du film.

Si ces transplantés posent un regard aigu sur une réalité qui n’est pas la leur, ils découvrent à leur façon un univers aussi étrange que peut être, aux yeux d’étrangers, celui d’une banlieue parisienne populaire.

Et si cette approche est dans le film d’Audiard d’une remarquable précision, le cœur du récit est dans l’arrière-plan des sentiments qui naissent entre les protagonistes et dans leur intime passage dans cet environnement avec lequel, peut-être pour rester fidèles à leurs origines, ils souhaitaient se tenir à distance.

Tout à coup le récit s’anime d’une sorte de recoloration de la vie, de la redécouverte des sentiments amoureux et du désir et on découvre en même temps qu’eux, que pour eux, tout était à réapprendre.

Cette lente progression vers la vie donne lieu à des moments d’une grande force retenue, ainsi les scènes qui réunissent les personnages de Yalini et Brahim (remarquable "présence" du jeune comédien Vincent Rottiers).

Ce film d’une tonalité puissante, s’il emprunte les méandres de l’intime, garde en réserve une violence souterraine et cette précaution narrative qui porte l’œuvre de Jacques Audiard, en fait toute la singularité.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le déserteur »
    Quelque part dans le monde où la guerre fait rage. Philippe, un homme fasciné par le personnage et l’univers des films de Charlie Chaplin a fui Montréal pour un Ouest américain aussi sauvage... Lire la suite (22 août)
  • « Haut perchés »
    Une femme et quatre hommes qui se connaissent à peine se retrouvent dans un appartement au dernier étage d’un immeuble qui surplombe Paris. Ils ont en commun d’avoir tous été victimes d’un même... Lire la suite (20 août)
  • « Reza »
    Reza et Fati ont pris la décision de divorcer. La vie commune a fini par lasser Fati et Reza s’est résigné au choix de son épouse tout en caressant l’idée qu’elle reviendrait un jour ou l’autre sur une... Lire la suite (20 août)
  • « Roubaix, une lumière »
    A Roubaix, une nuit de noël. Pour le commissaire Daoud qui sillonne la ville où il a grandi, c’est la routine, voitures brûlées, altercations... Dans son service, vient d’arriver Louis Coterelle,... Lire la suite (19 août)
  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)