Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt (Portugal-France-Brésil)

« Diamantino » Sortie en salles le 28 novembre 2018.

Si Diamantino est l’icône planétaire incontestée du football, c’est aussi un être doux et candide. Jusqu’au jour où, en pleine Coupe du Monde, ayant négligé le ballon le temps de se laisser bercer par des images magiques qui lui apparaissent, son génie l’abandonne.

Sa carrière est immédiatement stoppée et le problème qui se pose à ce dorénavant ex-héros flamboyant, c’est qu’il ne connaît rien d’autre que le football.

La star déchue devient l’objet de la risée nationale et du même coup, la proie facile d’une foule de solliciteurs.

Misant sur son ancien prestige et profitant de son extrême candeur, ceux-ci, sans vergogne l’embarquent dans des péripéties qui mutent en odyssée.

Il est la victime d’une conspiration familiale de la part de ses deux sœurs qui n’en veulent qu’à sa fortune, de manipulations génétiques délirantes, d’une récupération de la part d’un mouvement d’extrême-droite. Au milieu de cet imbroglio dans lequel il navigue à vue, Diamantino va pourtant savoir reconnaître l’amour, le vrai.

Cinéma : Diamantino

Le film de Gabriel Abrandes et Daniel Schmidt est à la fois un mashup de science fiction, une comédie fantastique, une comédie romantique, un film d’horreur, un polar, un conte de fée pour adultes se déroulant dans un pays imaginaire.

Pourtant le film traite de nombreux sujets d’actualité : blanchiment d’argent, clonage de star, machinations fascistes, trahison familiale. Mais également de la crise des réfugiés, des Panama Papers et de la montée de l’extrême-droite.

Le tout, vu à travers le regard innocent de Diamantino, trouve une cohérence et c’est le point de vue qui permet de former un tout.

Le film est une sorte de corne d’abondance visuelle, dense, énorme et contradictoire avec une image qui mêle le cinémascope hollywoodien au 16mm granuleux.

C’est aussi une anarchie de références au Roman-photo, a Iron Man, Terence Malick, aux comédies américaines ou à Robert Bresson auquel peut renvoyer le personnage principal simple, iconique et charismatique de Balthazar.

Une œuvre très originale par son sujet, les différents genres cinématographique qu’il adopte, par sa construction, par son interprétation libre et déjantée, par son apparente fantaisie contrastant avec la gravité des sujets lisibles en toile de fond.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)
  • « Warrior women »
    « Warrior women » dresse le portrait d’une grande dame des luttes indiennes-américaines, Madonna Thunder Hawk. Le film retrace sa vie de militante, de son éveil politique à la fin des années soixante... Lire la suite (13 octobre)
  • « Martin Eden »
    Martin Eden, un jeune marin voué à ne jamais quitter le milieu prolétaire qui est le sien va, grâce à sa nature curieuse et ambitieuse et au bénéfice de rencontres favorables, voir se dessiner une... Lire la suite (13 octobre)
  • « Mathias et Maxime »
    Mathias et Maxime sont deux amis d’enfance. Leurs rapports amicaux et limpides ne sont menacés d’aucun changement jusqu’au jour où, pour les besoin d’un court métrage amateur, on leur demande de jouer... Lire la suite (12 octobre)
  • « Camille »
    Camille Lepage, une jeune photojournaliste passionnée par ce que sera le métier qu’elle a choisi, décide de partir en Centrafrique couvrir la guerre civile qui se prépare. Les recommandations de... Lire la suite (12 octobre)