Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt (Portugal-France-Brésil)

« Diamantino » Sortie en salles le 28 novembre 2018.

Si Diamantino est l’icône planétaire incontestée du football, c’est aussi un être doux et candide. Jusqu’au jour où, en pleine Coupe du Monde, ayant négligé le ballon le temps de se laisser bercer par des images magiques qui lui apparaissent, son génie l’abandonne.

Sa carrière est immédiatement stoppée et le problème qui se pose à ce dorénavant ex-héros flamboyant, c’est qu’il ne connaît rien d’autre que le football.

La star déchue devient l’objet de la risée nationale et du même coup, la proie facile d’une foule de solliciteurs.

Misant sur son ancien prestige et profitant de son extrême candeur, ceux-ci, sans vergogne l’embarquent dans des péripéties qui mutent en odyssée.

Il est la victime d’une conspiration familiale de la part de ses deux sœurs qui n’en veulent qu’à sa fortune, de manipulations génétiques délirantes, d’une récupération de la part d’un mouvement d’extrême-droite. Au milieu de cet imbroglio dans lequel il navigue à vue, Diamantino va pourtant savoir reconnaître l’amour, le vrai.

Cinéma : Diamantino

Le film de Gabriel Abrandes et Daniel Schmidt est à la fois un mashup de science fiction, une comédie fantastique, une comédie romantique, un film d’horreur, un polar, un conte de fée pour adultes se déroulant dans un pays imaginaire.

Pourtant le film traite de nombreux sujets d’actualité : blanchiment d’argent, clonage de star, machinations fascistes, trahison familiale. Mais également de la crise des réfugiés, des Panama Papers et de la montée de l’extrême-droite.

Le tout, vu à travers le regard innocent de Diamantino, trouve une cohérence et c’est le point de vue qui permet de former un tout.

Le film est une sorte de corne d’abondance visuelle, dense, énorme et contradictoire avec une image qui mêle le cinémascope hollywoodien au 16mm granuleux.

C’est aussi une anarchie de références au Roman-photo, a Iron Man, Terence Malick, aux comédies américaines ou à Robert Bresson auquel peut renvoyer le personnage principal simple, iconique et charismatique de Balthazar.

Une œuvre très originale par son sujet, les différents genres cinématographique qu’il adopte, par sa construction, par son interprétation libre et déjantée, par son apparente fantaisie contrastant avec la gravité des sujets lisibles en toile de fond.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)