Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Daniele Vicari (Italie)

"Diaz - Un crime d’Etat" Sortie en salles le 5 juin 2013

Juillet 2001. Sommet du G8. Pour éviter que ne se reproduisent les émeutes qui avaient eu lieu au sommet européen de Göteborg, le centre de Gênes est isolé et 15000 policiers et soldats sont chargés d’assurer l’ordre. Environ 300.000 altermondialistes s’y rendent pour organiser un contre sommet dont le mot d’ordre est "Un autre monde est possible".

Le 20 juillet, Carlo Giuliani est tué par un policier qui lui tire dessus à 4 mètres de distance. Le 22 juillet alors que les manifestants commencent à quitter Gênes, quelques 300 policiers envahissent l’école Diaz qui abritait le centre de convergence des médias alternatifs et se livrent à un véritable carnage sur les personnes qui y dormaient. C’est cette boucherie et ses suites à la caserne de police de Bolzaneto que le film de Daniele Vicari raconte.

A partir d’un événement mineur, le jet d’une bouteille sur une voiture de la police, qui servira à justifier l’assaut, le film développe une série de boucles. Seront ainsi suivis les parcours d’un vieux militant syndicaliste resté à Gênes pour rendre visite à un ami, d’un journaliste venu à Gênes sur un coup de tête, de policiers plus ou moins adeptes du tonfa, de militants associatifs et de participants au black bloc coincés dans l’école ou à l’extérieur. Cette structure narrative permet de mêler les divers points de vue tout en évitant le manichéisme.

Filmé par une caméra mobile, au plus près des corps meurtris, le film restitue la violence physique et morale qui s’abat sur les altermondialistes. Et c’est bien une conception de la liberté que défend le réalisateur face aux manipulations des médias, à l’impunité des policiers et à la petite lâcheté du passant anonyme qui laisse faire, paralysé par sa peur.

Un film à voir. Pour ne pas oublier.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les enfants d’Isadora »
    A la suite de la disparition de ses deux jeunes enfants par noyade, Isadora Duncan, danseuse mythique qui devait elle aussi connaître une fin tragique, a composé un solo d’adieu intitulé « La mère... Lire la suite (19 novembre)
  • « Terminus Sud »
    Dans un pays en plein chaos plongé dans un climat d’insécurité et de conflit armé où chaque partie rivalise d’actes de violence, un médecin tente de continuer à accomplir sa mission de soignant sans... Lire la suite (18 novembre)
  • « Vivre et chanter »
    Zhao Li dirige une troupe d’opéra traditionnel de Sichuan composée d’hommes et de femmes qui vivent et travaillent ensemble depuis dix années dans la banlieue de Chengdu. Lorsqu’elle reçoit un... Lire la suite (18 novembre)
  • « Les éblouis »
    Camille est une jeune adolescente et l’aînée d’une fratrie de quatre enfants. Elle est passionnée de cirque, un art qu’elle apprend à pratiquer, mais le jour où ses parents intègrent une communauté... Lire la suite (17 novembre)
  • « Temporada »
    Pour prendre un poste d’employée au service municipal de l’hygiène, Juliana quitte les quartiers du centre ville d’Irauna où elle vivait avec son mari pour la métropole de Contaguem, au Brésil. Elle... Lire la suite (17 novembre)