Actualité théâtrale

Du 4 au 13 octobre, puis du 8 au 24 novembre à l’Usine Hollander à Choisy-le-Roi

« Dieu est un DJ »

C’est en 1998 au moment où arrivent les premières émissions de télé-réalité que Falk Richter a écrit cette pièce. Le dramaturge et metteur en scène allemand, qui travaille pour les plus grands théâtres européens et dont on peut voir à l’Odéon en ce moment I am Europe , s’est toujours considéré « comme un chroniqueur de son époque ». Transformations du travail, envahissement de notre quotidien par les écrans, progression fulgurante de l’individualisme, tout cela est au cœur de son œuvre. Et de Dieu est un DJ.

Théâtre : Dieu est un DJ

Deux individus, lui est DJ, elle anime une émission quotidienne de télévision, se rencontrent et se lancent dans un projet : vivre en commun et mettre toutes les images de leur vie, de leur intimité sur une chaîne de télévision grâce à une caméra qui les filme en permanence. Ils vont mixer sons et images comme une chronique de vie livrée en continu sur la toile. Une fois la performance commencée, il n’y a plus de silence, elle parle en permanence, tout est dit, montré, le vrai comme le faux. L’important est de capter l’attention des téléspectateurs pour remplir le vide de leur vie. Tous les actes de la vie quotidienne du couple sont évalués en termes de gains d’audience qui permettront de gonfler sa rémunération.

Quelles sont leurs peurs, leurs aspirations, leurs désirs ? Quelle est la place pour le travail et pour l’intime ? Régulièrement elle évoque un désir d’enfant, mais quelle pourrait être sa place dans la petite entreprise qu’est devenue leur couple ?

L’écriture rythmée de Falk Richter entre en résonance avec la musique du DJ. Le metteur en scène Patrice Bigel a créé un univers sonore dont la pulsation et la fièvre contrastent avec le décor froid, comme ce monde vide et ouvert à tous les vents, où évoluent les deux personnages. Il dirige deux très bons acteurs Mara Bijeljac et Simon Cadranel qui incarnent à merveille la façon dont l’agitation quotidienne n’arrive plus à masquer le vide, le désenchantement et l’insatisfaction des jeunes gens qu’ils interprètent. Ils se succèdent devant la table de mixage ou s’y retrouvent car ils ne fournissent pas seulement les images de leur vie mais aussi sa bande-son. Leur vie semble se résumer à des désirs éphémères et vains dont la satisfaction ne leur apporte qu’ennui et mélancolie.

Micheline Rousselet

Vendredi et samedi à 20h30, dimanche à 18h

Usine Hollander

1 rue du Docteur Roux

94600 Choisy-le-Roi

Réservations : 01 46 82 19 63

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les Mille et Une Nuits »
    Guillaume Vincent aime les contes et les mythes. Il l’avait déjà prouvé avec Songes et Métamorphoses où il explorait les Métamorphoses d’Ovide. Rien d’étonnant donc à ce qu’il se penche sur Les... Lire la suite (19 novembre)
  • "Motobécane"
    "Motobécane" est repris du 3 novembre au 30 décembre (sauf les 24 et 25 décembre) Novembre : les dimanches à 17h30 et les lundis à 19h Décembre : lundis et mardis à 19h, mercredis à 21h15,... Lire la suite (16 novembre)
  • « Waynak »
    Les plus vieux d’entre nous avaient rêvé d’un monde sans guerre. Pourtant elle était toujours là, mais plus loin. Et puis maintenant elle n’est plus loin, juste de l’autre côté de la Méditerranée. Les... Lire la suite (16 novembre)
  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)