Actualité théâtrale

au Lucernaire Centre National d’art et d’essai

"Dis-leur que la vérité est belle" Ecrit et mis en scène par Jacques Hadjaje

Alger 1955. Les "événements" d’Algérie en sont au tout début. C’est cette année là qu’Albert naît dans la famille Chouraqui. Le père, déménageur, grand amateur de jazz ne jure que par Charlie Parker, la mère fait les meilleurs makrouds du quartier et Brigitte la fille aînée accueille la venue du petit frère avec la plus grande méfiance. Ce qui pourrait n’être qu’une chronique de la vie algéroise depuis le début du conflit jusqu’à l’arrivée en France en 1962 d’une famille juive pied noir ordinaire, fourmille de personnages et avec eux d’épisodes décalés et audacieux. Et ceux-ci nous entraînent du simple déroulement du quotidien à l’onirisme le plus échevelé avec, entre autres, les intrusions dans le récit de Spirit, personnage de bande dessinée qui n’existe que dans l’imaginaire d’Albert, en échappant presque toujours aux clichés qui étaient à craindre. Et même si les liens d’amitié qui unissent enfants, Albert et Leïla, la petite voisine algérienne, sont un peu téléphonés, le récit, par sa construction, allées et venues dans le temps, survol des différentes époques de la guerre, évocation de la grande période du jazz, intrusion physique de la bande dessinée… même s’il s’en dégage parfois une impression de désordre, bénéficie d’une atmosphère qui, prise dans le tourbillon d’une mise en scène énergique, donne un spectacle original sur un sujet rarement abordé au théâtre.
"Dis leur que la vérité est belle" n’est pas sans défaut car, même si l’auteur a pris soin de ne pas tomber dans le folklore pied- noir, s’il a éliminé l’accent et des attitudes et comportement trop appuyés, il subsiste des moments de "bavardages" inutiles, redondants, et des envolées lyriques superflues. Mais le spectacle reflète bien l’état d’esprit qui régnait dans la communauté pied noir tant pendant la durée de la guerre qu’au moment du rapatriement des français traité sans pleurnicherie. Ici, la petite histoire d’une famille rejoint la grande en posant parfois sans en avoir l’air et courageusement de vraies questions sur le sujet.
Francis Dubois

Lucernaire Centre National d’art et d’essai
53 rue Notre Dame des Champs 75 006 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34
www.lucernaire.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « À deux heures du matin »
    Pourquoi cet homme n’a-t-il pas allumé son téléphone portable depuis trois jours, pourquoi a-t-il effacé son compte facebook pour le rouvrir peu après sous un autre nom, pourquoi n’a-t-il pas pris... Lire la suite (17 septembre)
  • « Danser à la Lughnasa »
    Un jeune homme se souvient de l’été 1936 dans la maison familiale isolée en Irlande où il vivait avec sa mère et ses quatre tantes. Michaël s’en souvient car il y eut cet été là le retour de son oncle,... Lire la suite (16 septembre)
  • « Les naufragés » suivi de « La fin de l’homme rouge »
    Après Ressusciter les morts , Emmanuel Meirieu s’attache à nouveau à adapter deux livres témoignages, Les naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck et La fin de l’homme rouge de... Lire la suite (16 septembre)
  • Théâtre 14
    Les nouveaux directeurs du théâtre 14, Mathieu Touzé et Édouard Chapot, proposent aux abonnés et aux curieux, pendant la durée des travaux au théâtre qui vont durer jusqu’au 20 janvier, UN PARCOURS... Lire la suite (13 septembre)
  • « Tempête en juin »
    Ce sont les deux parties de Suite française que Virginie Lemoine et Stéphane Laporte ont adapté et mis en scène (Virginie Lemoine seule pour la seconde partie) dans ces deux spectacles. Irène... Lire la suite (13 septembre)