Nouvelles internationales

Djibouti, halte à la répression syndicale !

Les médias évoquent rarement ce pays francophone de la Corne de l’Afrique, pourtant la répression politique et syndicale y sévit depuis de nombreuses années et la plupart des responsables syndicaux ont déjà subi emprisonnements, suspensions ou mutations arbitraires. Depuis cet été, le SEP, notre partenaire de coopération, est à nouveau soumis à d’inquiétantes mesures de répression.

Depuis le 18 juin 2019, six enseignants djiboutiens sont incarcérés à la prison de Gabode dans des conditions indignes. Ils sont accusés par les autorités djiboutiennes d’avoir organisé une fraude aux examens mais aucune preuve n’a jamais été apportée et le SEP, principal syndicat djiboutien de l’éducation, les a défendus. La justice locale, pourtant très proche du pouvoir, avait même décidé de leur libération en attente du jugement. Mais cette mesure n’a pas été exécutée et les enseignants restent à ce jour emprisonnés. Pire, ils auraient été très récemment séparés et transférés, selon la Ligue Djiboutienne des Droits Humains, dans des unités de détenus de délinquants de droit commun, ce qui fait craindre pour leur sécurité en prison. Le 26 août, ils auraient commencé une grève de la faim que l’un d’entre eux aurait dû interrompre pour ne pas mettre sa santé en danger.
La solidarité syndicale s’est rapidement manifestée : le Comité syndical francophone de l’Éducation et l’Internationale de l’Éducation ont saisi les autorités djiboutiennes en leur demandant de libérer les enseignants, le 8e congrès de l’Internationale de l’Éducation réuni à Bangkok en juillet 2018 a confirmé cette position dans une résolution d’urgence votée à l’unanimité des congressistes du monde entier.
Mais la répression continue : le SEP a été victime d’un mesure très grave pouvant porter atteinte à son fonctionnement : son secrétaire général et des membres du bureau national ont été mutés autoritairement dans l’extrême nord du pays, dans des villages très isolés, à la frontière avec l’Érythrée et l’Éthiopie. Outre le caractère punitif de la mesure, qui ne correspond en rien à une demande des intéressés, précisons que les localités se trouvent dans des zones où sévit la rébellion du FRUD depuis 1991, s’y rendre est très dangereux et nécessite au minimum une escorte armée. Le gouvernement djiboutien place ainsi les responsables du SEP devant un choix douloureux : rejoindre leur affectation au prix de leur sécurité et pour un coût très élevé (prix du taxi pour s’y rendre, escorte…) ou refuser cette affectation et s’exposer à des sanctions. Ceci s’inscrit dans le cadre plus général d’une répression politique et syndicale renforcée dans un pays privé de liberté de presse. Les syndicalistes enseignants poursuivent néanmoins leur combat pour la démocratie et le droit syndical et font ainsi preuve d’un grand courage. Ils comptent sur la solidarité internationale. Le SNES-FSU soutient le SEP dans son combat, notamment par un projet de coopération, mis en place depuis deux ans, qui vise à doter nos partenaires djiboutiens de moyens de communication et d’expression.

P.-S.

Dernière minute : la mobilisation syndicale internationale a payé : nous apprenons que le gouvernement djiboutien a renoncé au déplacement arbitraire de certains membres du bureau national du SEP : ceux-ci avaient refusé de rejoindre leur nouvelle affectation dans le nord du pays. Par ailleurs une délégation de l’OIT devrait se rendre à Djibouti du 16 au 18 septembre 2019.

Autres articles de la rubrique Nouvelles internationales