Actualité théâtrale

L’Atalante

"Dom Juan" de Molière. Mise en scène René Loyon Jusqu’au 26 mars 2012

René Loyon a monté huit pièces de Molière avant de se lancer dans l’aventure de "Dom Juan" le texte le plus baroque de l’auteur dans sa construction, la moins cernable dans sa forme et dans sa thématique.

Molière l’a écrit dans l’urgence après l’interdiction du "Tartuffe" alors qu’il n’avait aucune nouvelle création à proposer au public, en s’inspirant d’un sujet à la mode, mis en vogue par l’espagnol Tirso de Molina.

"Dom Juan" est une histoire romanesque, riche en péripéties qui offre un mélange de genres, où se mêlent scènes de comédie, de tragédie, farce et merveilleux.

Sur le plateau du théâtre de l’Atalante, un décor unique, réduit à quelques vieux meubles disparates et fatigués, un tapis passé, une table et un sofa écarlate où se tenait, endormi, enveloppé dans un drap présageant le linceul, Dom Juan, alors qu’à la lueur d’une chandelle, Sganarelle et Gusman conversaient à propos des bienfaits du tabac…

Photo Lot

Le ton du spectacle est donné : le texte de Molière se donnera sans chichis ni velours rouge, livré à une mise en scène discrète et solide, et au talent inventif d’une troupe de comédiens formidables.

Le travail de René Loyon et de sa troupe réinvente un théâtre à l’état pur, débarrassé de la moindre tentative fastueuse et qui compense une évidente absence de moyens par une inventivité du jeu et pour les costumes, par des découvertes de fond de malle habilement utilisés et quelques fulgurances frôlant le luxe : le gilet de brocart de Don Juan ou ses chaussures vernies, le pantalon rustique de Sganarelle ou la redingote du Commandeur.

La sobriété de la mise en scène qu’émaillent quelques éclats de voix, tambourinade ou allusions audacieuses sert le texte auquel elle apporte une lisibilité immédiate et savoureuse.

La comédie y est comédie et le drame y est drame. Il n’y manque rien et rien n’y est trop.

Clément Bresson joue un Dom Juan insolent avec juste ce qu’il faut de modernité. Yedwart Ingey est un Sganarelle épatant alors que Jacques Brucher passe du personnage de Gusman, à celui de Monsieur Dimanche ou a celui du Commandeur avec la maestria des plus grands.

Ce qui se passe dans ce petit théâtre de l’Atalante est toujours de qualité. Le choix de la programmation y est judicieux et la "famille théâtrale" proche des directeurs Alain Alexis Barsacq et Agathe Alexis dont René Loyon fait partie, savent merveilleusement, en familiers, utiliser le plateau d’une des plus petites salles de Paris qui vit discrètement mais intensément à l’ombre du Théâtre de l’Atelier.

Ce "Dom Juan" ne se donne à l’Atalante que jusqu’au 26 mars. Il se poursuivra en tournée par la suite. Il faut y courir.

Francis Dubois

Atalante, 10 place Charles Dullin 75 018 Paris ;
Théâtre en Réduc’Snes. Tarifs réduits aux syndiqués du SNES sur réservation au 01 46 06 11 90 /
www.theatre-latalante.com

Spectacle en tournée :
Les 3 et 4 avril 2012 au Théâtre des 7 Collines à Tulle.
Le 5 avril 2012 Théâtre Beaumarchais à Amboise
Le 12 avril 2012 Espace Diamant à Ajaccio
Le 19 avril 2012 Théâtre La Colonne Miramas
Les 3, 4, 9, 10, 11 mai 2012 Centre des Bords de Marne Le Perreux-sur-Marne
Les 14 et 15 mai 2012 Théâtre Firmin Gémier Salle Le Colombier Verrière-le-Buisson
Le 24 mai 2012 Théâtre des 3 Pierrots Saint-Cloud.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le paradoxe des jumeaux » de Jean-Louis Bauer et Elisabeth Bouchaud.
    Après la mort de Pierre Curie, Marie Curie va poursuivre seule et avec la même détermination ses recherches sur la radioactivité avant de faire des découvertes majeures sur le radium et le polonium.... Lire la suite (22 novembre)
  • « Price »
    Dans une petite ville américaine, où l’industrie décline tandis que la pollution et le chômage augmentent, Dany, qui vient de terminer le lycée, s’interroge sur son avenir, tout comme ses copains Larry... Lire la suite (22 novembre)
  • « Carnet de notes »
    Ils sont sept, quatre filles et trois garçons, sans oublier quelques instruments de musique, et l’on s’embarque avec eux pour un voyage dans l’école, de la primaire au lycée. Avec eux on est élève,... Lire la suite (21 novembre)
  • « Le soliloque de Grimm »
    Une tente quechua passablement déglinguée, un fauteuil défoncé d’où déborde le crin, une radio, un jerrycan, une vieille affiche de théâtre, une chaise percée pour SDF du vingt-et-unième siècle, une... Lire la suite (21 novembre)
  • « Ça va ? » de Jean-Claude Grumberg.
    Rien de plus anodin que la première question qu’on pose machinalement à la personne de sa connaissance qu’on croise : « ça va ? ». Une question qui à priori, ne porte pas à conséquence puisque le plus... Lire la suite (18 novembre)