Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Jean-Pierre Mocky (France)

"Dors mon lapin" Sortie en salles le 19 mars 2014.

Jean-Pierre Mocky n’en démord pas. Il réalise coûte que coûte un film par an. En 2013, c’était " Le renard jaune" , un film policier avec Richard Bohringer, Béatrice Dalle, Michael Lonsdale et Robinson Stévenin. En 2014, c’est "Dors mon lapin" avec Frédéric Diefenthal, Richard Bohringer, Sarah Biasini et quelques fidèles comme l’inénarrable Jean Abeillé dans le rôle du marchand de journaux.

Lionel, jeune futur papa criblé de dettes, est menacé d’expulsion. Il dispose d’une petite semaine pour verser soixante mille euros à son propriétaire véreux. Personne dans son entourage ne pouvant l’aider, il va, pour respecter l’échéance, commettre l’irréparable : kidnapper le bébé de ses voisins milliardaires.

Un instant d’inattention de la nurse et l’affaire est dans le sac. Mais ce ne sera bien sûr que le début d’une série de péripéties parfois bien ficelées, parfois hasardeuses, parfois "tirées par les cheveux" comme souvent dans les films de Mocky.

Est-ce un besoin viscéral de faire des films à tout prix au point de les produire, de les distribuer lui-même, de les projeter dans une salle qu’il a achetée à cet effet, "Le Brady" ?

Est-ce la nostalgie d’une époque où ses réalisations avec au générique des comédiens comme Bourvil, Michel Serrault, Jean Poiret, Jacqueline Maillan , Fernandel, Catherine Deneuve ou Charles Vanel totalisaient un nombre de spectateurs considérable qui le pousse à réaliser, à 81 ans, des films bricolés, certains diront, bâclés.

Quand on voit aujourd’hui "Le renard jaune" ou "Dors mon lapin" , il est bien difficile de crier au génie et pourtant ?

Pourtant il y a bien une "musique" Mocky qui perdure, une espièglerie potache qui persiste, une façon de ficeler un scénario à la "va comme je te pousse" qui est devenue comme une marque de fabrique. Et les comédiens sont toujours là, même si les "têtes d’affiche" au générique se réduisent, pour perpétuer un cinéma populaire qui renvoie à la tradition des films du samedi soir d’autrefois.

Et la meilleure preuve que le cinéma de Mocky existe bien dans le paysage de la production française, qu’il y a sa place, c’est de se dire que du jour où ce cinéaste qui nous a divertis avec une soixantaine de films ne réalisera plus, il laissera une place vide que personne ne sera capable d’occuper.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)