Éditos

Du brutal

Faire des cadeaux fiscaux aux entreprises et aux plus aisés, s’étonner qu’il n’y ait plus d’argent dans les caisses de l’État pour financer des projets puis feindre de constater que les réformes prévues sont d’autant plus impératives : la méthode est éculée. Individualisation et injustice sociale sourdent des déclarations du Premier ministre. Ainsi, le retour du « travailler plus pour gagner plus » cher à Nicolas Sarkozy, dont tout le monde a fait le constat de l’inefficacité tant pour augmenter substantiellement les revenus des travailleurs que pour contribuer à résorber le chômage. Ainsi la paupérisation assumée des plus démunis et des retraités, comme si les chômeurs l’étaient de leur plein gré et que les retraités ne participaient pas à la prospérité du pays. Ainsi les premières annonces sur la réforme des retraites qui n’ont d’autre objectif que de niveler les pensions par le bas. Imaginer que l’Éducation nationale serait épargnée dans ce coup de rabot budgétaire est illusoire.
Cette rentrée se fait donc sous le signe d’une pression toujours plus importante sur les salariés, les chômeurs, les retraités... et d’absence de dialogue social. Cet été a vu fleurir des annonces du Premier ministre comme du ministre de l’Éducation nationale (REP+, formation des professeurs, fusion des académies...), sur lesquelles les discussions n’ont pas eu lieu ou bien ne sont pas closes.
Brutalité des annonces, perte des solidarités telle est la méthode de gouvernement d’Emmanuel Macron. Le SNES et la FSU continuent d’œuvrer afin que la riposte collective soit à la hauteur des attaques.

Autres articles de la rubrique Éditos

  • Beaucoup de bruit...
    Omniprésent dans les médias, ne ménageant pas sa peine pour faire la promotion de ses réformes, le ministre de l’Éducation nationale a une conception singulière du débat… Il choisit ses cibles avec... Lire la suite (9 février)
  • Roi du silence
    Le ministre de l’Éducation ne recule devant aucun paradoxe. Avec #pasdevague, les enseignants dénonçaient le manque de soutien de leur hiérarchie face aux violences. Jean-Michel Blanquer répondait par... Lire la suite (19 janvier)
  • Mensonges et mépris
    Selon le chef des députés LRM, Gilles le Gendre, l’exécutif et la majorité auraient été trop « intelligents » et trop « subtils » dans la mise en œuvre des mesures adoptées en faveur du pouvoir d’achat.... Lire la suite (Décembre 2018)
  • Il est grand temps !
    La situation sociale, exceptionnelle et évolutive, impose une analyse et des mobilisations à la hauteur des enjeux. Le mouvement social que nous connaissons actuellement, parti de la contestation... Lire la suite (Décembre 2018)
  • Pouvoir de choix
    Le mouvement des « gilets jaunes », avec toutes ses ambiguïtés, pointe néanmoins un malaise social grandissant, alimenté par les politiques menées ces dernières années et le discours qui les enrobe et... Lire la suite (Novembre 2018)