Actualité théâtrale

Jusqu’au 22 novembre au Théâtre Les déchargeurs

« Du luxe et de l’impuissance »

De Jean Luc Lagarce on connaît surtout les grandes pièces de théâtre, mais il y a bien d’autres textes, son journal, des articles et des éditoriaux commandés par des théâtres et des revues. Les pensées, les émotions retenues qu’on y trouve peuvent devenir du théâtre. C’est ce qu’a pensé Ivan Morane qui a décidé de mettre en scène ce recueil d’éditoriaux. Il y a toujours un personnage, il est chez lui, il sort, il fait retour sur lui-même, il regarde les autres, le monde, il réfléchit sur le rôle du théâtre, affirme son refus que tout soit spectacle et divertissement. Il aime la vie, se méfie des consensus mous, leur préfère les inimitiés assumées, essaie d’être lucide face aux petites lâchetés et à la difficulté de parler de soi et pas seulement des autres et « des questions que nous leur demandons de se poser ». Jean-Luc Lagarce y énonce son projet : « être dans la cité, avoir le droit de parler, raconter le monde, la part qui me revient, l’écrire et la mettre en scène ». Au final, tout est là, la vie et la mort aussi.
Théâtre : du luxe et de l'impuissance
La mise en scène est très sobre, une table de maquillage, un acteur, parfois accompagné de la voix off de Stanislas Nordey, Jean-Charles Mouveaux. Des projections en fond de scène nous renvoient de temps à autre au monde, à la beauté de paysages de montagne, à la barbarie des hommes avec des images de guerre, à l’art avec des portraits d’écrivains, à la violence sociale avec le portrait d’Alan Turing, le mathématicien qui a contribué à la victoire des Alliés en cassant le code utilisé par les Nazis, Enigma, mais qui s’est suicidé à la suite de poursuites judiciaires liées à son homosexualité.

Quand la pièce commence, Jean-Charles Mouveaux, un carnet à la main, lit des listes de résolutions qu’il déchire et jette. Parfois il en garde une, comme « résister ». La voix grave, il fait ressortir l’humanité profonde des textes, les éclairs d’un humour teinté de nostalgie qui s’y glissent. Des silences pudiques prolongent les mots parfois. A la fin, il dit « Nous nous aimons tels que nous avons patiemment décidé d’être. Nous trichons ». Il jette la dernière page du carnet, ramasse sa petite valise et s’éloigne très lentement dans une lumière très blanche, comme une ombre qui s’efface et c’est poignant.

Micheline Rousselet

Du jeudi au samedi à 18h

Théâtre Les Déchargeurs

3 rue des déchargeurs, 75001 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 36 00 50

www.lesdechargeurs.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)