Autour du Jazz

Samuel Blaser et le blues

« Early In The Morning » Trombone qui rit, qui pleure, qui vit !

« Early In The Morning » - titre de l’album du tromboniste Samuel Blaser – est un tic de langage du blues. Tôt le matin, mal réveillé, la gueule de bois après avoir partagé sa couche avec « Mr Blues », les bleus à l’âme se traduisent par du noir et la perte de tout espoir. Tellement dans le 36e dessous qu’il ne reste plus qu’à en rire pour commencer une nouvelle journée qui s’annonce semblable à la précédente. Pourtant, la vie est là « simple et tranquille », la vie qui envahit l’espace pour indiquer un nouveau chemin, celui d’un autre monde.

Jazz : Early in the morning, Samuel Blaser

Le blues ne se résume dans les 12 mesures qui semble s’être imposées depuis Robert Johnson, unificateur des blues en 1936/1937. Le blues, c’est plutôt un état d’esprit, une manière de raconter le monde, de narrer son environnement en langage codé. En ce sens, le blues est immortel. La moitié environ des standards est basée sur le blues, sur son architecture.

Samuel Blaser renoue avec les racines, les mémoires du jazz qui passent par le combat permanent pour la dignité, contre le racisme, pour la fraternité et la sororité.

Ses 10 compositions, de « Creepy Crawler » à « Lonesome Road Blues » en passant par une évocation de Mal Waldron, « Mal’s Blues » font entendre un trombone qui se veut résolument de son temps, sans nostalgie, sans copier le passé pour indiquer des balises vers un futur toujours à inventer à partir de ces traces du passé qui restent vivantes. La tradition, pour exister, a besoin d’être bousculée. Et Blaser ne s’en prive pas. Le trombone la conjugue au présent.

En compagnie de Russ Lossing – vieux complice du tromboniste - qui se sert de toutes les occurrences du piano et des instruments électroniques pour forger un contexte en phase avec notre réalité étrange, réalité lointaine de la réalité, de Gerry Hemingway, batteur d’ambiance, qui se sert de toutes les capacités de cet instrument emblématique du jazz pour dialoguer avec le trombone et de Masa Kamaguchi à la contrebasse, maître du temps, des temps, Samuel Blaser évolue entre Charles Mingus, Miles Davis – par l’adjonction de Wallace Roney à la trompette pour deux thèmes –, Albert Mangelsdorff, sans oublier les trombonistes « wa-wa » et le free jazz via Oliver Lake, saxophoniste lui aussi invité sur deux morceaux, toujours capable de dynamiter n’importe quelle structure tout en laissant entendre le blues comme soubassement à ses envolées.

Samuel Blaser ne cède rien sur son univers tout en forçant le blues à quitter son confort habituel pour s’outrepasser. Ne rater pas cette rencontre qui démontre la nécessité de conserver la mémoire pour ouvrir des pistes d’avenir.

Nicolas Béniès

« Early In The Morning », Samuel Blaser, Out Note/Outhere.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Chance ! », Henri Texier Quintet
    « Chance », titre de cet album, signe le sens des rencontres de Henri Texier, rencontres amicales, musicales, d’autres cultures, d’autres manières de voir le monde, de l’analyser pour le connaître et... Lire la suite (24 février)
  • « Sélénites, one kenichi dream »
    Raymond Boni, guitariste et construction de sonorités étranges mais moins étranges que notre univers lui-même dialogue avec Gilles Dalbis, batteur à la technique affirmée pour construire un langage... Lire la suite (9 février)
  • « Eyeballing », Sarah Murcia
    Sarah Murcia manie la contrebasse avec une espièglerie qui lui permet d’allier profondeur et légèreté pour, de rebondissements en rebondissements, obliger à l’écoute. Lorsqu’elle rencontre le tuba de... Lire la suite (8 février)
  • « The Blue Book of Storyville », Don Vappie & Jazz Creole
    Don Vappie fait partie des musiciens produits par la Nouvelle Orléans. Un virtuose de l’instrument indispensable pour le jazz des origines : le banjo. « The Blue Book of Storyville » se veut... Lire la suite (7 février)
  • « Live at Smalls », Pierre Christophe
    Pierre Christophe, pianiste, sait se souvenir de tous les styles comme son maître Jacki Byard – un peu trop oublié – pour faire ronfler le piano, lui redonner sa capacité d’épuiser tous les univers du... Lire la suite (6 février)