Actualité théâtrale

Le 28 mai à l’ Auguste Théâtre à Paris

« Eau chaude à tous les étages » Du 5 au 27 juillet tous les jours sauf le lundi à 12h45 au théâtre Notre Dame à Avignon

1955. Quatre jeunes employées de l’Hôtel Moderne s’affairent - gentiment car le patron est absent - à tout mettre en ordre, car le lendemain va commencer l’affluence avec la semaine des Arts ménagers. En attendant demain, elles bavardent, s’amusent, jouent du piano, chantent et dansent. Simone de Beauvoir et la parution du Deuxième sexe agitent les esprits, on rêve sur l’air de « Moulinex libère la femme » mais on en est encore aux balbutiements de la libération des femmes.

C’est sur la très bonne idée de faire vivre cette époque et les questions sur la place de la femme dans la société qui l’agitaient que le quatuor Ariane a construit son spectacle.

Théâtre : Eau chaude à tous les étages

Deux sopranos, Morgane Billet et Agathe Trébucq, une mezzo soprano, Flore Fruchart et une pianiste Éléonore Sandron nous invitent à découvrir les plus belles pages de l’opérette au féminin, certaines connues même par les non spécialistes comme celles d’Offenbach mais beaucoup d’autres aussi dont on découvre l’humour.

Elles ont fait appel à Yves Coudray, qui a aussi réalisé la mise en scène, pour leur écrire un texte qui parle de la place des femmes dans la société et permette d’introduire ce qui fait tout le sel de la soirée, les couplets des maîtres de l’opérette qu’étaient Yvain, Christiné, Gabaroche ou Messager. Elles ont réalisé les arrangements musicaux pour les moderniser, les vivifier et les adapter aux timbres de leurs voix. Et surtout, ce qui est un exploit, elles y trouvent la matière de questions sur la place des femmes dans la société ! Les saynètes s’enchaînent sur un rythme rapide, on les suit dans leurs interrogations, on s’émeut, on sourit et on rit.

Vêtues de leur uniforme de travail, robes à rayures bleues, roses ou vertes sur fond blanc, ou de robes sexy empruntées à la garde-robe d’une cliente de l’hôtel, elles chantent, seules ou ensembles, et elles dansent à l’occasion. Chacune a sa personnalité. Agathe Trébuchest délicieuse en femme sexy et séductrice, ce qui amène le couplet de Messager, J’ai deux amants, très drôle aussi quand elle confond les expressions ou inverse les syllabes, ce qui la conduit tout droit à J’ai confondu, un air de Gabaroche. Face à elle, Morgane Billet incarne la figure de l’émancipation féminine tandis que Flore Fruchart représente une position moyenne et que Éléonore Sandron, la pianiste rêve d’une vie de femme mariée. Elles ne se contentent pas de chanter, elles jouent très bien la comédie et n’hésitent pas à danser, Flore Fruchart se lançant même dans un joli numéro de claquettes. Leur interprétation de Bien chapeautée de Christiné est un petit bijou. Fidèle aux parole, elles agitent « leur robe qui fait frou-frou et leurs petits pieds qui font floc floc floc » ! Elles potinent comme dans l’air de Christiné, elles font varier les tons, elles chantent admirablement bien et on a très envie de les suivre dans leur hôtel ! C’est intelligent, gai et pétillant comme du champagne.

Micheline Rousselet

Le 28 mai à 21h

Auguste Théâtre

6 impasse Lamier, 75011 Paris

Réservations : 01 43 67 20 47

Du 5 au 27 juillet 2019

Théâtre Notre Dame

13 rue du Collège d’Annecy, 84000 Avignon

Réservations : 04 90 85 06 48

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • L’école des femmes en accès libre sur internet
    Le spectacle L’école des femmes crée à l’Odéon en novembre 2018 avec une mise en scène de Stéphane Braunschweig est disponible en accès libre sur le site internet du théâtre et sur la plateforme Vimeo... Lire la suite (7 juin)
  • « Le champ des possibles »
    Après ses deux premiers spectacles ( La banane américaine, consacré à l’enfance et Pour que tu m’aimes encore, à l’adolescence), qui ont connu un joli succès, Élise Noiraud se consacre, avec ce nouvel... Lire la suite (6 juin)
  • « Charlotte »
    Charlotte Salomon naît en 1917 dans une famille juive aisée avec un père médecin et professeur d’Université. Sa mère meurt alors qu’elle n’a que neuf ans et elle n’apprendra que bien plus tard qu’elle... Lire la suite (5 juin)
  • « Mademoiselle Julie »
    C’est la nuit de la Saint Jean, une nuit magique placée sous le signe de la fête et de l’amour. Mademoiselle Julie, la fille du comte vient de rompre ses fiançailles et a décidé de transgresser les... Lire la suite (31 mai)
  • « Hors la loi »
    Au moment où le droit à l’avortement régresse dans un certain nombre de pays, le travail de Pauline Bureau tombe à pic en revenant sur le procès pour avortement intenté en France en 1972 contre... Lire la suite (31 mai)