Actualité théâtrale

Théâtre Ouvert, Centre National des Dramaturgies Contemporaines, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 31 octobre 2013.

"Ébauche d’un portrait" d’après le journal de Jean-Luc Lagarce, "Correspondances et entretiens avec Attoun et Attounette." Collage, mise en scène, mise en espace François Berreur.

Le 25 juin 1976, un étudiant en philosophie de Valentigney près de Besançon, adresse un manuscrit à Lucien Attoun directeur de Théâtre Ouvert en espérant que "celui-ci voudra bien s’y intéresser".

Il n’y avait pas à l’époque, d’autres adresses pour faire connaître de nouveaux auteurs.

Lucien Attoun anime sur France-Culture une émission au cours de laquelle les "jeunes" textes sélectionnés par un comité de lecture, sont livrés aux auditeurs.

Ce fin lecteur a débusqué un style personnel dans cette première pièce qu’il reçoit.

Cet échange de lettres débouchera pour Jean-Luc Lagarce sur vingt ans de correspondance avec Lucien Attoun et également avec Micheline son épouse et collaboratrice qui partagera, à propos du jeune auteur, le même sentiment d’une vraie découverte.

En même temps qu’il avait une correspondance suivie avec ce couple fou de théâtre et de découvertes (Il y eut Koltés et bien d’autres), Jean-Luc Lagarce tenait un journal à travers lequel se dessinait le portrait d’un homme qui consacrait sa vie au théâtre, se projetait dans l’éternité d’une œuvre qui, quarante années plus tard, allait devenir essentielle.

Théâtre Ouvert donne en alternance et pour quelques représentations, en intégrale " L’ébauche d’un portrait" d’après le journal de J.L. Lagarce et "Correspondances et entre tiens avec Attoun et Attounette" pour le plus grand bonheur des spectateurs qui se retrouvent au Jardin d’Hiver, ce théâtre qui jouxte le Moulin Rouge, lieu hanté par le souvenir de Jacques Prévert ou de Boris Vian qui y séjournèrent.

Le bonheur du spectateur est double.

Il l’est dans le plaisir de se retrouver dans cet endroit intime et chaleureux qui fait figure de parenthèse dans le paysage théâtral parisien.

Il l’est par la qualité des deux spectacles et par l’émotion qui se dégage de textes se partageant de la plus belle façon entre la sensibilité et un humour où, à travers le ton d’auto-dérision, on peut lire les signes de la mort qui rôde.

Comment devient-on un jour l’un des auteurs contemporains les plus importants ?

Dans le cas de Jean-Luc Lagarce, cela tient à son talent, la singularité de son écriture (originalité de la syntaxe, atmosphères des récits, contour des personnages), à la pugnacité du couple Attoun pour faire entrer dans la grande cour du théâtre, un auteur dont ils avaient très tôt décelé les qualités ; à la façon dont J.L. Lagarce a su faire face à ses espoirs, ses déceptions, les rebondissements, ses doutes permanents.

Il ne faut pas manquer ces deux spectacles où Laurent Poitrenaux dit des extraits du journal dans le premier et dans le deuxième, répond aux "voix épistolaires" de Lucien et de Micheline Attoun (Attoun et Attounette comme les appelait tendrement Jean-Luc Lagarce), d’Eugène Ionesco, revit le déroulement d’émissions de France culture auxquelles l’auteur a participé. Dans les dernières minutes du spectacle apparaît Mireille Herbstmeyer, la complice des tout débuts de la compagnie "La Roulotte" qu’elle créa avec Lagarce à Besançon et qui joua dans nombreuses de ses mises en scène. Elle dit un court texte dans un état de grande émotion qui saisit et, l’espace d’un instant, redonne vie à l’ami disparu trop tôt.

Deux très beaux moments de théâtre mais aussi un beau mouvement de reconnaissance à l’égard de Lucien et Micheline Attoun à qui le théâtre contemporain doit tellement !

Francis Dubois

Théâtre Ouvert, Jardin d’Hiver, 4 Cité Véron 75 018 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 42 55 55 50

Spielen Sie im Flash Casino ohne Download

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les grands rôles »
    On entend une démarche boiteuse et un acteur arrive en traînant une chaise qui fait le bruit de sa canne. Le monologue de Richard III démarre et le rire aussi quand un acteur échappé de Lucrèce... Lire la suite (19 février)
  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)
  • « Chance »
    Au secrétariat de ce cabinet d’avocats frappadingue, on ne travaille pas beaucoup, mais on chante et on danse. La secrétaire, rousse et bouclée, est très salsa, l’assistant écrit des plaidoiries en mi... Lire la suite (7 février)