Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Paul Otchakovsky-Laurens (France)

« Editeur » Sortie en salles le 29 novembre 2017

Pourquoi les uns écrivent et pourquoi d’autres éditent leurs ouvrages ?

Qu’est-ce qui incite les uns à livrer le plus intime d’eux-mêmes à d’autres qui vont s’en emparer au prétexte de les faire connaître ?

Qu’est-ce que ça veut dire, éditer des livres, leur donner vie ou les refuser et enterrer à vie un travail de plusieurs mois ou années ?

Comment et pour quelles raisons devient-on éditeur ? Parce qu’on est un marchand, un philanthrope ou un pervers ?

Cinéma : Editeur

Paul Otchakovsky-Laurens (Directeur de la maison d’édition POL) avait réalisé, il y a dix ans, un film par nécessité personnelle et comme un défi : «  Sablé-sur-Sarthe, Sarthe. »

Il est resté un cinéaste silencieux ou en stand-by jusqu’au jour où la question a commencé à le tarauder, de connaître les raisons profondes pour lesquelles il faisait ce métier d’éditeur.

Or, pour fouiller plus à fond la question, un seul moyen s’imposait, celui de recourir au cinéma.

Paul Otchakovsky-Laurens n’est pas un écrivain mais à force de lire, de côtoyer, d’entendre les écrivains, il a fini par se forger une idée de ce que c’est qu’écrire.

Et la perception de ce qu’est un écrivain s’est affinée avec l’écriture du scénario et avec les rencontres que le film a nécessitées.

La composition, la recherche de la construction, du rythme, les ruptures, les syncopes au cours du montage ont aidé également Paul Otchakovsky à trouver les réponses à ses questionnements.

Si une des réponses était qu’éditer des livres tient plus de la production que de la réalisation, il a décelé de nombreuses preuves de ce constat ; même si, éditer des livres peut s’apparenter en plus hasardeux à la réalisation d’un film.

Ce documentaire singulier qui pourrait apparaître comme une démarche d’éclaircissement personnel offre une certaine hybridité avec des ruptures de ton et des moments plastiquement et narrativement très différents. Cette hybridité formelle cinématographique rejoint le catalogue de POL qui regroupe tous les genres littéraires, les registres et les formats possibles.

Et c’est ainsi que le film regroupe autant de témoignages sur l’édition que de moments de fiction (un récit suit deux écrivains dans leurs démarches auprès de maisons d’édition jusqu’à l’acceptation de son manuscrit pour l’un et le refus pour l’autre) et deux séquences que Paul Otchakovsky-Laurens appelle les scènes de tripot-banque et du tribunal, qui relèvent de la fiction en intérieur-reconstitué.

Les réalisateur-éditeur apparaît très peu dans son film et à chaque fois de façon muette d’où (ayant constaté ses mauvaises dispositions d’acteur) le recours à la voix-off qui devient la respiration du film.

« Editeur » s’achève sur un poème d’Antoine Vitez que POL a publié pour la première fois au début des années 80. Un texte émouvant et qui a représenté pour le cinéaste, depuis ces années-là, un véritable viatique.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Have a nice day »
    Alors qu’une pluie ininterrompue s’abat sur une petite ville du sud de la chine, Ziao Zhang, qui veut offrir les service d’un chirurgien renommé à son amie défigurée au cours d’une première opération... Lire la suite (23 juin)
  • « Jerico, l’envol infini des jours »
    C’est dans le village de Jérico, niché au cœur de la Cordillère des Andes où vivait sa grand mère que Catalina Mesa est allée à la rencontre de femmes qui, face à sa caméra, évoquent leur passé et leur... Lire la suite (23 juin)
  • « Sicilian Ghost story »
    Habitant d’ un village sicilien, Giuseppe, un garçon de 13 ans disparaît subitement. Toutes les éventualités sont envisagées, mais Luna, sa camarade de classe, écarte l’idée d’une disparition... Lire la suite (13 juin)
  • « Filles du feu »
    Elles ont à peine vingt ans et elles affrontent, en guerrières, l’état islamique au Kurdistan syrien. Dans cet endroit du monde où l’homme marche devant et la femme derrière, le fait qu’elles aient... Lire la suite (12 juin)
  • « Désobéissance »
    Ronit est allée vivre à Manhattan où elle est devenue une photographe reconnue. Elle est partie aux États-Unis pour faire carrière mais aussi, et peut-être plus encore, pour prendre de la distance avec... Lire la suite (10 juin)