Actualité théâtrale

au Théâtre Paris-Villette, jusqu’au 31 janvier

"Edouard II" de Christopher Marlowe. Mise en scène de Cédric Gourmelon

Quand il est sacré Roi, à la mort de son père Edouard 1er, Edouard II organise le retour de son favori, Gaveston, jusque là banni du Royaume. Il le couvre de titres et organise en son honneur de gigantesques fêtes. Mais les nobles condamnent cette relation contre nature entre le Roi et son ami. Un combat est engagé contre le souverain sous la conduite de Mortimer et du Conte de Lancastre…
L’œuvre de Marlowe a été très peu jouée en France et "Edouard II" n’a fait l’objet, au cours du dernier demi siècle que de trois mises en scène. En 1953, celle de Roger Planchon au Théâtre de la Comédie de Lyon. En 1981, celle de Bernard Sobel à Gennevilliers et en 1996, celle d’Alain Françon à l’occasion du cinquantenaire du Festival d’Avignon.
On peut ajouter deux adaptations libres. La mise en scène de Luis Pasqual en 1994 sous le titre "Le livre de Spencer" donnée au théâtre de l’Odéon et celle de Jean-Hugues Anglade, "Great Britain" au Théâtre des Amandiers de Nanterre en1984.
Néanmoins, cette pièce fait partie de l’histoire du Théâtre. Proche des "mystères" du théâtre médiéval, irrévérencieuse, insolente, comique et baroque, elle est l’exemple même du texte conçu pour une troupe d’acteurs.
Ce qui caractérise surtout la pièce, c’est la démarche subversive de Marlowe, ses partis pris audacieux pour l’époque tant vis à vis de la religion que de la politique et de la morale.
A la fois conte naïf et pièce sanglante, "Edouard II" couvre les vingt années de règne du monarque et semble avoir été construite à la manière d’une histoire qu’on invente.
Marlowe qui est considéré comme le premier auteur dramatique Elisabéthain est né en 1564 année de naissance de Shakespeare.
Etudiant, il traduit des textes tout en travaillant pour les services secrets de la Reine Elisabeth.
A 23 ans, alors qu’il fréquente les milieux littéraires de Londres, il écrit sa première pièce, "Tamerlan" qui sera un triomphe. Suivront "Le Docteur Faust", "Le juif de Malte", Edouard II, "Le massacre de Paris".
Marlowe meurt à 29 ans au cours d’une bagarre de rue.

Cedric Gourmelon a été formé à l’Ecole du Théâtre National de Bretagne. Metteur en scène associé au Quartz, scène Nationale de Brest, pendant 3 ans, il a mis en scène ou joué des auteurs comme Jean Genet, Hervé Guibert, Samuel Beckett, Rainer Maria Rilke, Léo Ferré ou Pessoa.

Théâtre Paris-Villette
Parc de la Villette. 211 avenue Jean Jaurès 75019 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 40 03 72 23 ou www.theatre-paris-villette.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)