US 799 du 27 août 2020

Education prioritaire : Quel avenir ?

Le changement de gouvernement s’est accompagné de la création d’un secrétariat d’État auprès du ministre, chargé de l’éducation prioritaire.

Selon le décret du 14 août 2020, la secrétaire d’État « élabore et met en œuvre la politique d’éducation prioritaire et contribue, à ce titre, à la définition et à la mise en œuvre de la politique du gouvernement en matière d’égalité des chances et de lutte contre les discriminations ». À qui ce choix de mettre l’Éducation prioritaire (EP) sur le devant de la scène donne-t-il des gages ?

Le ministre est à ce jour resté muet sur le dossier. La révision de la carte prévue pour la rentrée 2020 a été repoussée, au profit de la production du rapport Mathiot-Azéma, lequel penche vers la suppression des réseaux d’éducation prioritaire au motif qu’ils seraient à gérer avec les territoires ruraux, au niveau local. Ne resteraient labellisés et gérés au niveau national que les REP+, soit le tiers des 1 100 réseaux actuels. Les autres n’auraient plus de reconnaissance en terme de statut des personnels, et bénéficieraient de moyens octroyés selon l’allocation progressive en cours de généralisation dans les académies. Le label « Cité éducative » et ses corollaires, déréglementation et ingérence des collectivités territoriale, prendrait le relais pour certains REP. Côté lycées, le SNES-FSU continue de demander leur réintégration et la prolongation de la clause de sauvegarde, qui s’achève ce 31 août 2020.

Pour un bilan sincère

La secrétaire d’État saura-t-elle écouter le terrain et le besoin de conforter un dispositif nécessaire, qui a fait ses preuves au service de la démocratisation de l’école, même s’il mérite amélioration ? Avec la FSU et en particulier le SNUIpp pour le premier degré, le SNES lance cet automne dans les ­académies et départements des états généraux de l’EP, conduisant à une journée nationale le 28 janvier 2021. Quels bilans et perspectives pour les REP et REP+, quelles revendications pour les élèves et les personnels… autant de points en débat, collectivement, sur le terrain, dans les réseaux et les lycées.

Valérie Sipahimalani

Autres articles de la rubrique US 799 du 27 août 2020

  • Bac : Le choix du pire
    Les décisions ministérielles de l’été ont confirmé la volonté politique de faire de cette rentrée en lycée une étape supplémentaire dans la mise en œuvre des réformes. La réforme du bac est un fiasco,... Lire la suite (14 septembre)
  • Les arts plastiques remis en cause ?
    Des enquêtes sur l’enseignement des arts plastiques ont été adressées aux professeurs, inspecteurs, et formateurs en INSPÉ par l’IGESR en juin, soulevant des questions de fond sur l’enseignement de la... Lire la suite (14 septembre)
  • Salles spécialisées : avec ou sans ?
    Les professeurs ont développé beaucoup d’ingéniosité pour tenter de ne pas rompre le lien pédagogique avec les élèves et poursuivre leur enseignement pendant le confinement. En mai-juin, les salles... Lire la suite (14 septembre)
  • Programmes : Surtout ne rien voir, ne rien entendre...
    Dès avril dernier, le SNES-FSU alertait le ministère sur la nécessité de prévoir des aménagements concernant la plupart des programmes de collège et de lycée à la rentrée 2020. Au début du printemps,... Lire la suite (14 septembre)
  • Evaluation : L’IG met une mauvaise note au ministre
    La rentrée s’accompagnera des tests de positionnement en français et mathématiques pour les élèves de Sixième et de Seconde. Ces évaluations en ligne, qui se dérouleront du 14 septembre au 2 octobre,... Lire la suite (14 septembre)