US Magazine 775 du 23 décembre 2017

Education : un conseil scientifique

Le ministre de l’Éducation nationale a installé début janvier un conseil scientifique dirigé par le professeur de psychologie cognitive, spécialiste des neurosciences, Stanislas Dehaene. Quelle orientation et quel rôle pour cette instance consultative ?

Ce conseil est composé de chercheurs en sciences cognitives, philosophes, linguiste, spécialistes du développement de l’enfant, des sciences de l’éducation, économistes, sociologues, mathématicien et informaticien. Certains sont membres de l’association « Agir pour l’école » ou en lien avec l’Institut Montaigne, think tank libéral proche du patronat. Il manque en particulier les champs de la didactique disciplinaire, de la sociologie des apprentissages, et des enseignants du premier et du second degré.

Des recommandations ou des bonnes pratiques ?

Le conseil devra travailler « en articulation » avec les inspections générales, la DEPP(1), le CNESCO(2) et le CSP(3). Son objectif est « de mieux éclairer les pratiques pédagogiques », « définir le spectre de ce qui fonctionne, à la lumière des bonnes pratiques françaises et internationales ».

Il formulera des « recommandations pour aider notre institution et les professeurs à mieux saisir les mécanismes d’apprentissage des élèves et ainsi mieux répondre à la diversité de leurs profils ». Elles porteront sur la formation des enseignants et les ressources pédagogiques, la pédagogie et les manuels scolaires, le handicap et les inégalités, la métacognition et la confiance en soi.

Questionner les différents champs de recherche

Le SNES-FSU s’inquiète de l’approche scientiste du ministre et du risque de prescriptions pédagogiques. Il sera attentif à ce que les ­neurosciences ne soient pas l’alpha et l’oméga des solutions proposées pour résoudre les ­difficultés scolaires. Pour le SNES-FSU, il est nécessaire que la profession puisse bénéficier d’une formation continue qui lui permette de se nourrir des résultats de la recherche dans toute sa diversité.

Sandrine Charrier

(1) Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance
(2) Conseil national de l’évaluation du système scolaire
(3) Conseil supérieur des programmes

Autres articles de la rubrique US Magazine 775 du 23 décembre 2017

  • Le bac éparpillé façon puzzle
    Reçu en audience par P. Mathiot le 17 janvier sur le baccalauréat et le lycée, le SNES-FSU s’inquiète des objectifs poursuivis. Les élèves devraient construire en partie leur parcours sur la base de... Lire la suite (6 février)
  • 1er février : mobilisation dans les lycées et l’enseignement supérieur
    La FSU, FO, la CGT, SUD-Éducation, l’Unef, le SGL, l’UNL et l’UNL-SD ont publié une tribune commune exigeant l’arrêt de la réforme de l’accès à l’enseignement supérieur, appliquée avant même son adoption... Lire la suite (6 février)
  • Parcoursup, la machine à trier
    La nouvelle plate-forme d’affectation post-bac doit permettre aux élèves de saisir leurs vœux dès le 22 janvier. Elle affiche d’emblée des caractéristiques à la fois bureaucratiques, dissuasives et... Lire la suite (6 février)
  • Plan étudiants, l’épreuve du réel
    Le projet de loi relatif à « l’orientation et à la réussite des étudiants » n’est toujours pas voté mais le plan étudiants qui en découle est d’ores et déjà mis en œuvre. Adopté par les députés en décembre,... Lire la suite (6 février)
  • Incontournable en SVT : l’APBG
    L’Association des professeurs de biologie et géologie (APBG) tient une place centrale dans la communauté des enseignants de Sciences de la vie et de la Terre. Sous un nom délicieusement désuet se... Lire la suite (6 février)