Autour du Jazz

« Eisler explosion » Du Kapital à l’Internationale.

Das Kapital est, normalement, un trio. Daniel Erdmann aux saxophones, Hasse Poulsen à la guitare et Edward Perraud à la batterie explosive, construisent une musique qui sait parler de mémoires, la mémoire des grands compositeurs de Berlin dont Hanns Eisler notamment mais aussi celles du jazz – les deux ayant partie liée si l’on repense à ces années 20 et 30 – pour se créer une place originale. Les entendre est non seulement un plaisir mais aussi un questionnement sur notre monde bizarre, en passe de basculement comme celui des années 30 justement.

Jazz : Eisler explosion

En 2013, le trio tentait une expérience inédite, rencontrer un grand orchestre, le Royal Symphonic Wind Orchestra Vooruit pour célébrer le 100e anniversaire du bâtiment Vooruit construit en 1913 par la « coopérative socialiste ». Neuf compositions de Eisler ont été arrangées pour trio et grand orchestre et le résultat est là : rendre vivante une musique issue de Schönberg – Eisler fut son élève – et des luttes de la classe ouvrière. Eisler a participé aux expériences de Brecht d’un théâtre de combat.

Le tout se termine avec l’évocation de l’Internationale composée par Pierre de Geyter, un natif de Gand… Ne passez pas à côté, ce serait dommage. Cette musique sait parler. Elle suscite des vagues de mémoire qui servent de points de repères. La génération d’aujourd’hui qui ne connaît sans doute pas ces thèmes – ce « United Front » est important pour ce qu’il représente – devrait se plonger dans cet album.

Nicolas Béniès.

« Eisler explosion », Das Kapital, Das Kapital Records, L’autre distribution

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Au revoir, Fats Domino.
    « Fats » Domino, Antoine Dominique pour l’état civil, né le 26 février 1928 à la Nouvelle-Orléans nous quittés le 24 octobre 2017 après avoir résisté vaillamment à Katrina qui n’a pas eu raison ni de lui ni... Lire la suite (16 novembre)
  • « Strictly Strayhorn »
    Un trio, rien qu’un trio pour s’approprier les compositions de Billy Strayhorn, compagnon et alter ego du Duke à son entrée dans l’orchestre en 1938. Billy Strayhorn est un maître du spleen, une sorte... Lire la suite (15 novembre)
  • « Butter in my Brain », Claudia Solal/Benjamin Moussay
    « Butter in my Brain » est un titre qui ne peut qu’interroger. Fernand Raynaud aurait dit « C’est étudier pour », bien évidemment. Un titre original introduit à un monde bizarre, étrange, onirique. Si on... Lire la suite (6 novembre)
  • « Ben Webster, New York – Los Angeles, 1940 – 1962 »
    Qui écoute encore Benjamin Francis Webster ? Le saxophoniste ténor a d’abord appris le violon pour jouer du piano dès l’âge de 11 ans. Il nous reste un enregistrement qui ne nous dit rien de Ben... Lire la suite (4 novembre)
  • Mémoires vivantes
    Frémeaux et associés proposent un travail de mémoire - doublé du plaisir de l’écoute – à travers trois parutions récentes. « De Manhattan à Saint-Germain-des-Prés » fait traverser une décennie... Lire la suite (13 octobre)