Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Santiago Mitre (Argentine-Espagne-France)

« El Présidente » Sortie en salles le 03 janvier 2018

Un sommet politique rassemblant l’ensemble des chefs d’état latino-américains se tient dans un hôtel isolé de la Cordillère des Andes. C’est au moment où il s’apprête à rejoindre le lieu du sommet que Hernàn Blanco, le président argentin est rattrapé par une affaire de corruption impliquant sa fille.

Alors qu’élu depuis à peine six mois dans ses fonctions, il met tout en place pour échapper au scandale qui menace à la fois sa carrière et sa famille, il doit prendre des décisions qui devraient être capitales pour l’avenir de son pays.

Cinéma : El Presidente

Herman Blanco est un homme qui assume la « normalité » dont il a fait un argument marketing au cours de sa campagne électorale.

Mais, dès lors qu’il a accédé à un tel degré de responsabilité vis à vis de son pays, que l’avenir de ses concitoyens est entre ses mains, cet homme, même s’il se souvient qu’il est un citoyen, ne doit-il pas marquer une distance vis à vis de ces homologues pour s’imposer et auprès de son peuple pour inspirer le respect ?

Lorsque sa fille, prise dans la tourmente d’une affaire de corruption débarque sur la demande de son père dans l’hôtel où a lieu le sommet, Harman Blanco est partagé entre deux attitudes : celle d’un simple père qui vient au secours de sa fille et celle de la prise en compte de la fragilisation pour l’homme politique qu’il est devenu.

Le film de Santiago Mitre commence de manière documentaire. On entre dans la résidence présidentielle par la petite porte, on passe par un dédale de couloirs et avec lui, on croise la garde rapprochée de ses collaborateurs.

Plus tard nous allons avec lui rejoindre Santiago du Chili ; découvrir en même temps que lui l’hôtel où va se dérouler le sommet international et faire la connaissance, dans une ambiance détendue, des présidents des autres pays invités.

Le ton du film commence à changer quand apparaît la fille d’Herman Blanco. Son instabilité palpable contamine tout le film qui gagne aussitôt en étrangeté.

Si l’organisation d’une structure comparable à l’OPEP ancre le film dans la fiction, elle n’en reste pas moins crédible et renvoie aux courants nationalistes qui animent l’Amérique latine. Il ne s’agit pas ici d’un nationalisme d’extrême-droite inspiré du modèle européen mais de la recherche d’un consensus qui permettrait de réunifier l’Amérique latine pour la rendre plus forte.

Santiago Mitre traite son film en fiction réaliste et dresse un portrait crédible de chacun des chefs d’états en présence.

Il était risqué pour le réalisateur de s’aventurer sur le terrain glissant d’une fiction à la fois distante et réaliste, de dresser de chaque homme politique un portrait qui soit à la fois réaliste et fictif et d’entraîner son film dans une rencontre au sommet plausible mais qui demeure fictive.

Il en résulte un film politique fort qui rend compte avec soin des manipulations souterraines qui obéissent aux « règles » qui régissent des situations dans les « hautes sphères ». Des univers totalement étrangers au commun des mortels et qui, cependant, le concernent, oh combien.

Une reconstitution solide et convaincante.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Have a nice day »
    Alors qu’une pluie ininterrompue s’abat sur une petite ville du sud de la chine, Ziao Zhang, qui veut offrir les service d’un chirurgien renommé à son amie défigurée au cours d’une première opération... Lire la suite (23 juin)
  • « Jerico, l’envol infini des jours »
    C’est dans le village de Jérico, niché au cœur de la Cordillère des Andes où vivait sa grand mère que Catalina Mesa est allée à la rencontre de femmes qui, face à sa caméra, évoquent leur passé et leur... Lire la suite (23 juin)
  • « Sicilian Ghost story »
    Habitant d’ un village sicilien, Giuseppe, un garçon de 13 ans disparaît subitement. Toutes les éventualités sont envisagées, mais Luna, sa camarade de classe, écarte l’idée d’une disparition... Lire la suite (13 juin)
  • « Filles du feu »
    Elles ont à peine vingt ans et elles affrontent, en guerrières, l’état islamique au Kurdistan syrien. Dans cet endroit du monde où l’homme marche devant et la femme derrière, le fait qu’elles aient... Lire la suite (12 juin)
  • « Désobéissance »
    Ronit est allée vivre à Manhattan où elle est devenue une photographe reconnue. Elle est partie aux États-Unis pour faire carrière mais aussi, et peut-être plus encore, pour prendre de la distance avec... Lire la suite (10 juin)