Actualité théâtrale

Théâtre du Rond-Point, jusqu’au 24 décembre 2011

"El Tiempo todo entero" Texte et mise en scène de Romina Paula

Romina Paula, au moment de son entrée à l’Ecole d’Art Dramatique de Buenos Aires, pensait déjà à une mise en scène de "La ménagerie de verre" de Tennessee Williams, un texte qui, très tôt, l’avait fascinée. Mais les droits étant très chers, elle a choisi de débaptiser la pièce, et d’en écrire une autre à la place, mouture à la fois proche et très différente du texte original.

© Giovanni Cittadini Cesi

Les quatre personnages imaginés par Tennessee Williams sont présents mais Antonia n’est pas Laura car même si elle ne quitte pas l’appartement, son univers ne se limite pas à une collection d’objets de verre. La présence d’un ordinateur face auquel elle passe la majeure partie de ses journées est un signe d’ouverture vers l’extérieur. Et sa phobie quand elle la justifie, devient une vraie façon de voir le monde.
Ursula, la mère, est une femme coquette, d’humeur fantasque, énergique et en cela, diffère très sensiblement d’Amanda. Elle est de plain-pied dans la vie et c’est elle qui permet d’offrir aux siens, leur vie de dilettantes...
Lorenzo devient, sous la plume de Romina Paula, un jeune homme de la moyenne bourgeoisie en attente du choix de son avenir. Sans doute ce départ pour l’Espagne.
Maximiliano quand à lui n’est plus l’espèce de pantin qu’en avait fait Tennessee Williams mais un personnage attachant, sensible et qui porte un vrai regard de sympathie et de désir sur Antonia.
La réécriture de la pièce ne trahit personne. Elle donne un éclairage différent au huis-clos. Et cette impression d’oppression qui était dans "La ménagerie de verre" se change ici en une atmosphère presque légère.
Cette impression était dans la volonté de Romina Paula quand elle a écrit le texte mais elle repose beaucoup sur la "présence" plutôt que le jeu de comédiens formidables, tous d’un naturel si confondant, qu’on a parfois l’impression, comme spectateurs, d’être passés là par hasard et d’avoir surpris des personnes dans une tranche de leur vie.
Tout contribue à ce naturel confondant : la façon de se déplacer, la gestuelle, les tenues vestimentaires.
Un très attachant moment de théâtre que le public applaudit à tout rompre.
Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point
2, bis Avenue Franklin Roosevelt
75 008 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes – 15€ au lieu de 30€ pour 2 places - mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21
www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)