Actualité théâtrale

Théâtre du Rond-Point, jusqu’au 24 décembre 2011

"El Tiempo todo entero" Texte et mise en scène de Romina Paula

Romina Paula, au moment de son entrée à l’Ecole d’Art Dramatique de Buenos Aires, pensait déjà à une mise en scène de "La ménagerie de verre" de Tennessee Williams, un texte qui, très tôt, l’avait fascinée. Mais les droits étant très chers, elle a choisi de débaptiser la pièce, et d’en écrire une autre à la place, mouture à la fois proche et très différente du texte original.

© Giovanni Cittadini Cesi

Les quatre personnages imaginés par Tennessee Williams sont présents mais Antonia n’est pas Laura car même si elle ne quitte pas l’appartement, son univers ne se limite pas à une collection d’objets de verre. La présence d’un ordinateur face auquel elle passe la majeure partie de ses journées est un signe d’ouverture vers l’extérieur. Et sa phobie quand elle la justifie, devient une vraie façon de voir le monde.
Ursula, la mère, est une femme coquette, d’humeur fantasque, énergique et en cela, diffère très sensiblement d’Amanda. Elle est de plain-pied dans la vie et c’est elle qui permet d’offrir aux siens, leur vie de dilettantes...
Lorenzo devient, sous la plume de Romina Paula, un jeune homme de la moyenne bourgeoisie en attente du choix de son avenir. Sans doute ce départ pour l’Espagne.
Maximiliano quand à lui n’est plus l’espèce de pantin qu’en avait fait Tennessee Williams mais un personnage attachant, sensible et qui porte un vrai regard de sympathie et de désir sur Antonia.
La réécriture de la pièce ne trahit personne. Elle donne un éclairage différent au huis-clos. Et cette impression d’oppression qui était dans "La ménagerie de verre" se change ici en une atmosphère presque légère.
Cette impression était dans la volonté de Romina Paula quand elle a écrit le texte mais elle repose beaucoup sur la "présence" plutôt que le jeu de comédiens formidables, tous d’un naturel si confondant, qu’on a parfois l’impression, comme spectateurs, d’être passés là par hasard et d’avoir surpris des personnes dans une tranche de leur vie.
Tout contribue à ce naturel confondant : la façon de se déplacer, la gestuelle, les tenues vestimentaires.
Un très attachant moment de théâtre que le public applaudit à tout rompre.
Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point
2, bis Avenue Franklin Roosevelt
75 008 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes – 15€ au lieu de 30€ pour 2 places - mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21
www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Dépendances »
    Deux frères, Henri et Tobias se retrouvent dans un appartement vide et un peu délabré qui fut celui de leur famille. Ils attendent leur frère Carl, qui comme d’habitude est en retard, pour décider de... Lire la suite (18 janvier)
  • « Un conte de Noël »
    La metteuse en scène Julie Deliquet a fait des études de cinéma et s’est toujours intéressée au rapport entre théâtre et cinéma, comme elle l’avait si bien montré avec Fanny et Alexandre créé l’an passé... Lire la suite (17 janvier)
  • « La lune en plein jour »
    La comédienne, autrice et metteuse en scène Marisa Tomé se penche sur son histoire, une histoire marquée par l’exil, celui de son arrière grand-mère juive polonaise ayant fui la Pologne pour un pays... Lire la suite (16 janvier)
  • « Rosa Luxemburg Kabarett »
    Pourquoi faire un portrait de la révolutionnaire mythique sauvagement assassinée en janvier 1919 par ces Corps Francs qui annonçaient les S.A et le nazisme à venir ? Parce que ses discours et ses... Lire la suite (14 janvier)
  • « Du ciel tombaient des animaux »
    Quatre dames d’un certain âge sont assises prenant le thé dans un jardin. Aux trois amies s’est jointe une femme, Mrs Jarrett, qui passait dans la rue et qu’elles ont invitée à les rejoindre. Elles... Lire la suite (13 janvier)