Actualité théâtrale

Théâtre du Rond-Point, Partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 12 janvier 2014

"El Tigre" Livret et mise en scène Alfredo Arias.

Sur des îlots, au nord Buenos-Aires, une région où on aurait autrefois chassé le tigre, se serait établie une communauté gay cinéphile qui passe ses loisirs à imiter les grandes stars d’Hollywood.

Le music-hall et la comédie musicale sont les domaines de prédilection d’Alfredo Arias. On se souvient de ses créations de "Mortadela" ou de "Peines de cœur d’une chatte anglaise".

Selon son auteur et metteur en scène, "El tigre" n’est ni tout à fait une comédie musicale, ni tout à fait un spectacle de cabaret.

Alfredo Arias définit le spectacle qui se joue sur le grand plateau du Théâtre du Rond-Point comme une comédie loufoque flirtant avec le vaudeville.

Le personnage pivot en est la très "angora" Lana Turner, interprète de "Mirage de la vie", flamboyant mélodrame de Douglas Sirk.

Mais c’est avec madame Holy et sa servante Dark, que l’univers de la pièce verse dans la tonalité d’un délirant vaudeville inspiré par Ed Wood.

Côtoyant les" tigresses travesties ", apparaissent, en "vraies femmes" une indienne et Lanira, la fille de Lana Turner, pour rappeler que la terre existe même si elles sont bientôt, elles aussi, rattrapées par la puissante vague des "Folles du cinéma".

Très loin de l’univers des Drag Queens, on est plutôt dans celui des grandes stars féminines hollywoodiennes, Zsa Zsa Gabor ou Doris Day.

Ce spectacle déjanté sur un fond de décor magnifique, bénéficie de la présence grandiose d’Arielle Dombasle.

Elle apparaît dans le personnage de Lana au bout d’une demi-heure, au moment où le charme du spectacle commençait à faire défaut.

Son arrivée, comme une apparition, illumine le plateau et elle s’impose, dans l’instant même où elle apparaît, en grande dame de la scène.

Le timbre de sa voix, son jeu entre excès et mesure, sa gestuelle ample et maîtrisée offrent un spectacle de rigueur et de fantaisie.

Un spectacle idéal pour une soirée entre les deux réveillons ou pour commencer la nouvelle année sur une note légère.

Théâtre du Rond-Point, 2 bis avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Iphigénie »
    Quand la France a été mise en confinement, Stéphane Braunschweig, directeur du théâtre et metteur en scène, a repensé à la tragédie de Racine, où l’armée des Grecs, en partance pour la guerre de Troie, se... Lire la suite (29 septembre)
  • « Les pieds tanqués »
    Pétanque vient du provençal « pé », pied et « tanca » pieu. Jouer à la pétanque c’est donc jouer aux boules pieds joints et non en prenant de l’élan comme à la lyonnaise. Comme on est en Provence, un... Lire la suite (27 septembre)
  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)