Actualité théâtrale

Du 26 au 28 février à la Coursive Scène Nationale de La Rochelle

« Ella » En tournée ensuite : Poitiers, Saintes, Angoulême …

Ella a-t-elle jamais été aimée ? Dès sa naissance, au début de la Première Guerre mondiale, son père l’a rejetée, quand elle a été un peu plus grande il l’a battue au point que l’instituteur a dit qu’ « on ne devrait pas battre un enfant comme cela » et qu’elle en « est devenue idiote », il l’a enfin soldée, à 21 ans, au « marchand de bestiaux », comme elle l’appelle, une brute de 49 ans assorti d’une famille aussi violente que lui, qui l’a réduite à l’état de bête de somme, l’acculant au suicide. Elle en a réchappé, il a divorcé, gardé leur enfant et l’a faite interner. Commence alors pour elle une vie d’enfermements où elle passe d’une brutalité à l’autre, de la prison pour presque rien aux hôpitaux psychiatriques, avec leur litanie de punitions plus sadiques les unes que les autres. On l’a abusée, moquée, battue, stérilisée, mais elle a une rage de vivre et elle la dit. Même si son esprit s’embrouille parfois, la parole ne lui manque pas. Elle avance et recule dans les souvenirs, elle se souvient des lieux, de la cruauté des hommes et des femmes, de sa sœur qui l’a soutenue dans les moments les plus terribles et de l’homme, qui lui envoyait des petits messages cachés dans des coquilles de noix à l’hôpital psychiatrique.

Théâtre : Ella

A travers le portrait de cette femme qui raconte sa pauvre vie, c’est une photographie terrible de ce que notre monde est capable de faire aux plus faibles que montre Herbert Achternbush, peintre, écrivain et cinéaste bavarois. A qui parle-t-elle, on ne le sait pas, on ne le voit pas. Comme pour retrouver un peu d’apaisement elle lui propose régulièrement du café, lui dit de le boire avant qu’il ne soit froid.

Yves Beaunesne met en scène avec une économie de moyens et une précision remarquable le texte de cet auteur en colère avec ses ressassements et ses retours en arrière. Ella est devant nous. Elle est dans la lumière, qui l’accompagne, qui souligne sa silhouette ou la caresse (très beau travail de Nathalie Perrier). Auprès d’Ella, une table et un tabouret sur lequel elle s’assoit peu car l’émotion est trop forte. Elle soulève la table, la porte parfois sur son dos comme le fardeau de sa vie trop lourde, s’accroupit au ras de son plateau comme au ras de l’eau qui aurait dû l’engloutir. Au fond de la scène le musicien Camille Rocailleux, avec lequel travaille souvent Yves Beaunesne, intervient en écho aux paroles d’Ella. Sa musique, tantôt murmure tantôt grondement, tantôt note grave tantôt petit rire ironique, accompagne et fait éclater les émotions que soulève le récit d’Ella. Clotilde Mollet, que l’on a souvent vue sur les scènes et les écrans, porte magnifiquement ce monologue d’une femme que l’on n’a pas réussi à faire taire. Vêtue d’une pauvre petite robe et de bas grossiers, elle dit sa vie de coups et d’insultes, une vie sous les verrous avec la faim au ventre. Elle se tait, se relance dans le flux des mots. Elle fait entendre une voix meurtrie, abêtie parfois, mais toujours vivante. Elle fait sentir une colère rentrée à l’idée qu’on pourrait ne pas la croire, dit « C’est vrai, c’est tout à fait vrai ». Elle est poignante quand elle dit « Rien j’ai eu ». Son regard nous interpelle, nous jetant au visage la cruauté de notre monde envers les plus faibles, ceux qui sont moins intelligents, moins beaux, moins dotés de capital social, les pauvres que l’on ne veut pas voir. Elle est bouleversante.

Micheline Rousselet

Les 12 et 13 mars au TAP Scène Nationale de Poitiers

Le 16 mars au Gallia Scène Conventionnée de Saintes

Les 21, 23 puis du 26 au 29 mars au Théâtre d’Angoulême Scène Nationale

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)