Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Emmanuelle Bercot (France)

"Elle s’en va" Sortie en salles le 18 septembre 2013.

Bettie, la soixantaine, a repris la gestion de l’auberge familiale mais les affaires ne vont pas fort. Le personnel commet des erreurs dans les commandes, sa mère qui tient la caisse lui porte une tendresse envahissante et elle apprend brutalement que son amant la quitte pour une plus jeune.

Au bon milieu du "coup de feu" de midi, elle décide d’aller prendre l’air au volant de sa voiture et, sans avoir rien prémédité, la voilà qui s’engage sur d’autres routes à la recherche d’un tabac ouvert.

Mais un dimanche, voilà qui n’est pas facile. Il faut donc pousser plus loin !

Sur sa route, elle rencontre un vieux monsieur qui lui roule une cigarette de ses doigts gourds, elle se joint à un groupe de femmes en goguette dans la boite du coin, elle rencontre un jeune homme dans le lit duquel elle se retrouve le lendemain matin, elle se fait héberger dans un magasin de literie par un gardien de nuit…

Ces rencontres constituent une première partie du film réjouissante où Catherine Deneuve, très à l’aise avec son personnage, révèle des dons comiques savoureux.

Sur ce, elle reçoit un appel au secours de sa fille qu’elle n’a pas revue depuis des lustres et qui lui demande d’accompagner son fils chez son grand-père paternel à des centaines de kilomètres.

L’épisode du voyage qui réunit la grand-mère et le petit fils traîne un peu en longueur mais il fallait à ces deux-là le temps de s’apprivoiser. Ce qui se produit.

Dans la troisième partie du film d’Emmanuelle Bercot, tout le monde se retrouve un jour d’élections municipales chez le grand-père candidat.

La mère de Bettie rapplique flanquée de la serveuse du restaurant en passe de fermeture. Mais qu’importe si Bettie prépare un repas pour tout le monde, séduit le grand-père pas bougon pour deux sous et retrouve l’affection de sa fille au bord d’un naufrage professionnel.

C’est la première partie de son film qu’Emmanuelle Bercot réussit le mieux avec les séquences des rencontres.

Mais l’ensemble se laisse voir comme une comédie familiale un rien angélique mais bien rythmée.

Catherine Deneuve n’est pas étrangère au plaisir qu’on prend, ni les paysages d’une France rurale bien vue et parfaitement photographiée.

Au cours de courtes séquences, on croise deux comédiennes qu’on aimerait bien retrouver dans des rôles plus consistants : Mylène Demongeot et Valérie Lagrange.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)