Actualité théâtrale

Au Théâtre de la Bastille

"Eloge du poil" création et jeu Jeanne Mordoj - mise en scène Pierre Meunier

Le public du Théâtre de la Bastille a rendez-vous jusqu’au 31 mai avec une femme à barbe pour un spectacle singulier, touche à tout, un peu fourre-tout dont on pourra toujours s’amuser à rechercher la finalité et la cohérence.
Jeanne Mordoj, le menton et les joues hérissés d’une barbe postiche, est une jongleuse ventriloque sans doute aussi danseuse. Elle lance avec adresse les pics à brochettes qui retenaient son opulente chevelure dans une cible représentant une paire de jambes nues, se sert aussi bien de ses doigts que de ses orteils pour remplir de coquillages blancs, par jets successifs, non sans une certaine cocasserie, la cuvette qu’elle porte sur sa tête. On la verra un peu plus tard faire glisser le long de son corps, par un jeu d’ondulations successives, un jaune d’œuf résistant qui finira par se crever pour engluer sa peau…
poilnews
On pourra voir dans son ensevelissement final le symbole pour le moins appuyé d’ un univers où la vie qui naît de la terre y retourne immanquablement.
Quelques idées émaillent ce spectacle court dont chacun des éléments ludiques qui le compose est étiré jusqu’à l’épuisement de ses ressources inventives, interdisant un rythme qu’on aurait aimé soutenu. Quelques regards espiègles en direction du public sont les bienvenus et un duo lyrique émanant de crânes articulés qu’on trouve d’abord savoureux se laisse vite gâcher par le dialogue bébête et éculé qui s’engage…
Où se situe l’habileté d’un tel spectacle pour que le public se montre si enthousiaste ? Ce n’est ni sa valeur poétique, ni sa portée philosophique, ni sa tendance trash, ni la précision de ses numéros. Il s’agit peut-être simplement d’une composition maligne qui rejoint l’air du temps et sait quoi faire pour s’attirer les sympathies d’un public friand de découvertes.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « L’éveil du Printemps » de Alat Fayez
    A est un jeune étudiant, habitant de la planète Platonium. Il rêve d’aller un jour vivre sur la Terre qui le fascine à chaque fois qu’il la voit se lever, belle et impressionnante de luminosité... Il... Lire la suite (16 janvier)
  • « Cirque Plein d’Air » Les Caramels fous
    Au début du siècle dernier, un cirque installé à la périphérie de Paris et qui avait jusqu’ici joui d’un grand succès se retrouve subitement au bord de la faillite. La mort de la femme à barbe qui... Lire la suite (16 janvier)
  • « Nos éducations sentimentales »
    Dans L’éducation sentimentale, Flaubert faisait le portrait d’un jeune homme Frédéric qui arrivait à Paris prêt à se lancer à la conquête de la capitale. À la recherche d’une position sociale enviable,... Lire la suite (15 janvier)
  • « L’autobus »
    Ils sont neuf voyageurs dans un autobus dont le conducteur invisible semble avoir pris son indépendance, ne respectant ni les horaires ni le code de la route ni même le trajet, un voyage infernal... Lire la suite (12 janvier)
  • « Le souper »
    Le 6 juillet 1815 alors que la défaite de Napoléon est consommée, que les troupes coalisées sont dans Paris et que la révolte populaire gronde, Talleyrand, homme politique et diplomate à la carrière... Lire la suite (12 janvier)