Actualité théâtrale

Au Théâtre du Rond-Point, jusqu’au 27 février

"Emma la clown et son orchestre" de et avec Meriem Menant

Le personnage d’Emma La Clown date de 1990, au moment où Meriem Menant qui a suivi une formation à l’Ecole de Théâtre Jacques Lecoq, crée un duo de clown visuel et musical avec Gaetano Lucido.
Après trois spectacles titrés "Emma" de 1998 à 2000, elle présente en 2007, au Théâtre du Rond Point déjà, " Emma sous le divan".
L’écriture de textes de chansons mis en musique par Mauro Coceano donne naissance à un nouveau spectacle : "Emma la clown et son orchestre" qui nous donne l’occasion de retrouver Meriem Menant sur la scène de Rond-Point, cette fois-ci accompagnée par trois musiciens.

Le personnage, chapeau cloche écrasé sur le sommet du crâne, nez rouge et vilaine jupe plissée sur laquelle elle tente en vain d’enfiler une vraie robe de scène ne fait pas de doute. Il s’agit bien d’un clown. La gestuelle le confirme mais Meriem Menant est dans un univers différent, légèrement décalé, celui de la chanson à la fois simplette, poétique et parfois très inspirée. Ce qui n’exclut pas la gesticulation exagérée, les déplacements lourdauds et la voix nasillarde. On en est encore à se poser des questions sur l’identification du spectacle, sur les ingrédients qui le composent, sur le mélange de tradition et d’originalité, quand la réponse survient. Emma la Clown ôte sa jupe informe, sa cravate de mauvais goût, se chemise blanche, son faux nez et son chapeau cloche. Elle gomme le tracé factice de ses sourcils, secoue sa chevelure et tout à coup, en un éclair, apparaît Meriem Menant, toute en grâce et en sourires. Est-elle encore, à ce moment-là Emma La Clown, c’est probable.
La dernière chanson, dans ce nouvel accoutrement prend de vitesse et laisse pantois.
On quitte la salle un peu abasourdi. On recolle les morceaux de ce spectacle qu’on aurait pu penser brouillon tant il est multiple mais qui est tout le contraire, extrêmement construit.
Une dernière question cependant taraude. A qui "Emma la Clown et son orchestre" est-il destiné. Car si sa complexité, sa richesse même, exclut le jeune public c’est qu’il nous est destiné à nous spectateurs adultes à la condition que nous soyons en mesure, au moment opportun, de retrouver une âme d’enfant.
A entendre les applaudissements et les rappels à la fin du spectacle, gageons que c’est chose possible !
Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point
2 bis avenue Franklin Roosevelt
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21 – 08 92 70 16 03 – www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La vie de Galilée »
    La pièce, écrite par Brecht en 1938 et retravaillée jusqu’aux années 50, suit la vie de Galilée astronome, mathématicien et physicien italien du XVIIème siècle. Toujours avide de mettre au point de... Lire la suite (17 juin)
  • « Mary said what she said »
    Robert Wilson a offert le trône de Marie Stuart à Isabelle Huppert, une comédienne avec laquelle il se sent beaucoup d’affinités car elle comprend ce qu’il veut faire sans avoir besoin de beaucoup... Lire la suite (15 juin)
  • « Huckleberry Finn »
    Ce roman est considéré comme le chef d’œuvre de Mark Twain. L’histoire, qui se situe dans les années 1850 avant la guerre de sécession, est celle de Huckleberry Finn , un gamin si maltraité par son père... Lire la suite (7 juin)
  • L’école des femmes en accès libre sur internet
    Le spectacle L’école des femmes crée à l’Odéon en novembre 2018 avec une mise en scène de Stéphane Braunschweig est disponible en accès libre sur le site internet du théâtre et sur la plateforme Vimeo... Lire la suite (7 juin)
  • « Le champ des possibles »
    Après ses deux premiers spectacles ( La banane américaine, consacré à l’enfance et Pour que tu m’aimes encore, à l’adolescence), qui ont connu un joli succès, Élise Noiraud se consacre, avec ce nouvel... Lire la suite (6 juin)