Actualité théâtrale

Au Théâtre du Rond-Point, jusqu’au 27 février

"Emma la clown et son orchestre" de et avec Meriem Menant

Le personnage d’Emma La Clown date de 1990, au moment où Meriem Menant qui a suivi une formation à l’Ecole de Théâtre Jacques Lecoq, crée un duo de clown visuel et musical avec Gaetano Lucido.
Après trois spectacles titrés "Emma" de 1998 à 2000, elle présente en 2007, au Théâtre du Rond Point déjà, " Emma sous le divan".
L’écriture de textes de chansons mis en musique par Mauro Coceano donne naissance à un nouveau spectacle : "Emma la clown et son orchestre" qui nous donne l’occasion de retrouver Meriem Menant sur la scène de Rond-Point, cette fois-ci accompagnée par trois musiciens.

Le personnage, chapeau cloche écrasé sur le sommet du crâne, nez rouge et vilaine jupe plissée sur laquelle elle tente en vain d’enfiler une vraie robe de scène ne fait pas de doute. Il s’agit bien d’un clown. La gestuelle le confirme mais Meriem Menant est dans un univers différent, légèrement décalé, celui de la chanson à la fois simplette, poétique et parfois très inspirée. Ce qui n’exclut pas la gesticulation exagérée, les déplacements lourdauds et la voix nasillarde. On en est encore à se poser des questions sur l’identification du spectacle, sur les ingrédients qui le composent, sur le mélange de tradition et d’originalité, quand la réponse survient. Emma la Clown ôte sa jupe informe, sa cravate de mauvais goût, se chemise blanche, son faux nez et son chapeau cloche. Elle gomme le tracé factice de ses sourcils, secoue sa chevelure et tout à coup, en un éclair, apparaît Meriem Menant, toute en grâce et en sourires. Est-elle encore, à ce moment-là Emma La Clown, c’est probable.
La dernière chanson, dans ce nouvel accoutrement prend de vitesse et laisse pantois.
On quitte la salle un peu abasourdi. On recolle les morceaux de ce spectacle qu’on aurait pu penser brouillon tant il est multiple mais qui est tout le contraire, extrêmement construit.
Une dernière question cependant taraude. A qui "Emma la Clown et son orchestre" est-il destiné. Car si sa complexité, sa richesse même, exclut le jeune public c’est qu’il nous est destiné à nous spectateurs adultes à la condition que nous soyons en mesure, au moment opportun, de retrouver une âme d’enfant.
A entendre les applaudissements et les rappels à la fin du spectacle, gageons que c’est chose possible !
Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point
2 bis avenue Franklin Roosevelt
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21 – 08 92 70 16 03 – www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Féministe pour homme »
    Noémie de Lattre n’a pas attendu l’affaire Weinstein et me-too pour parler des femmes et du féminisme dans ses pièces et dans son livre. Et sur ce sujet son spectacle, qui tient du théâtre, du cabaret... Lire la suite (6 décembre)
  • « Trois femmes (l’échappée) »
    Joëlle, tout juste diplômée « auxiliaire de vie », vient d’être embauchée comme gardienne de nuit par la fille de la vieille et très riche Madame Chevalier. Celle-ci en vieille dame acariâtre qui n’a... Lire la suite (3 décembre)
  • « Dark circus »
    Quel étrange cirque où l’acrobate tombe, où l’homme canon s’envole au-dessus de l’Afrique pour ne plus réapparaître, où le manche d’une guitare devient un dompteur que le lion s’empresse de dévorer et où le... Lire la suite (3 décembre)
  • « Féminines »
    Après Hors la loi, où elle s’attachait à l’histoire des femmes jugées pour avortement à Bobigny dont le procès avait ouvert la voie à la loi légalisant l’avortement, la jeune autrice et metteuse en scène... Lire la suite (2 décembre)
  • « Féminines »
    Après Hors la loi, où elle s’attachait à l’histoire des femmes jugées pour avortement à Bobigny dont le procès avait ouvert la voie à la loi légalisant l’avortement, la jeune autrice et metteuse en scène... Lire la suite (2 décembre)