Éditos

En 2018, je lutte

En cette rentrée, le SNES-FSU vous adresse tous ses vœux pour une année 2018 riche en joies sur le plan personnel et professionnel. Souhaitons également que la combativité soit au rendez-vous, que l’espoir de faire évoluer notre société vers plus de solidarité, de justice et d’égalité renaisse.
Le gouvernement, lui, n’a pas tardé à se montrer sous son véritable jour et sa morgue n’a plus de limites. Que ce soit pour les salariés du privé comme du public, les retraités, les jeunes, les migrants, dure est la politique qu’il assène. Trop nombreux sont les cadeaux qu’il fait aux riches !
Dur avec les faibles, faible avec les puissants, déterminé à frapper vite et fort, le gouvernement accélère le rythme des réformes et tente de désamorcer la contestation.
Dans l’Éducation, le ministre sature l’espace médiatique, égrenant diverses mesures peu ou prou contestables, préparant surtout une réforme du lycée et de l’accès à l’enseignement supérieur lourde de conséquences pour les élèves et les personnels.
Si on ajoute à cela la préparation de la rentrée marquée par la raréfaction des moyens, cela fait beaucoup !
Avec le SNES-FSU, défendons nos métiers, agissons pour nos élèves !

Autres articles de la rubrique Éditos

  • Passe-passe
    On savait le ministre de l’Éducation maître dans la communication mais, sur le budget, l’exercice était difficile et la crédibilité du discours vite perdue. Pourtant, Jean-Michel Blanquer avait... Lire la suite (22 septembre)
  • Du brutal
    Faire des cadeaux fiscaux aux entreprises et aux plus aisés, s’étonner qu’il n’y ait plus d’argent dans les caisses de l’État pour financer des projets puis feindre de constater que les réformes prévues... Lire la suite (29 août)
  • Reprendre haleine !
    L’exercice périlleux mais désormais habituel de déni des difficultés de la prochaine rentrée a battu son plein tout le printemps de la part des recteurs. Nul doute que le ministre, à la fin de l’été,... Lire la suite (29 juin)
  • Acharnement
    La recherche obsessionnelle de supposés gisements d’économies conduit la Cour des comptes à d’inquiétants rabâchages. Ainsi fin mai, la Cour a-t-elle sorti un rapport déplorant l’augmentation du nombre... Lire la suite (8 juin)
  • Vérité des prix
    Emmanuel Macron surjoue le modernisme tout en appliquant de vieilles recettes libérales, de son côté Jean-Michel Blanquer ne rate aucune occasion pour vanter l’école « du bon vieux temps » tout en... Lire la suite (18 mai)