Actualité théâtrale

Jusqu’au 2 avril à l’Essaïon

« En ce temps-là, l’amour »

« En ce temps-là, l’amour était de chasser ses enfants ». C’est ce qu’a fait le narrateur, permettant ainsi à un de ses enfants de survivre à la Shoah. Des années après, il écrit à son petit-fils et commence à raconter. Dans le train qui l’emmenait à Auschwitz, parmi les corps qui s’entassaient et où la mort commençait son œuvre, une « voix normale » s’est élevée, celle d’un père demandant à son fils de douze ans s’il avait fait ses devoirs. Pendant les sept jours du voyage, ce père crée pour son fils une fiction de vie normale, celle où on fait ses devoirs, où on apprend les maths et où on se brosse les dents avant de se coucher. Il lui parle aussi de Shakespeare, de philosophie et de religion. Il lui chante du Mozart parce qu’ « on ne peut pas ne pas avoir entendu cela dans sa vie ». Il veut par sa parole lui faire vivre toute une vie, de l’adolescence à l’amour charnel, du mariage à la mort, car peut-être en ce temps-là, « l’amour était de mentir aux enfants ».

Théâtre : en ce temps-là, l'amour

Pierre-Yves Desmonceaux, vêtu d’un pardessus, seul sur la petite scène de pierre du Théâtre de l’Essaïon dit ce texte magnifique de Gilles Segal. Il est le narrateur qui décrit ce train où hommes et femmes, jeunes et vieux, croyants ou incroyants, socialistes parfois, se dissolvent dans la faiblesse et la mort. Il est surtout ce père qui incarne ce qu’il peut y avoir de plus beau dans l’homme et éveille un peu d’humanité au cœur de ce désastre. Il est ce père qui joue la comédie à son enfant mais aussi ce fils, de moins en moins dupe, qui s’efforce lui aussi de jouer son rôle. Le comédien donne le sentiment des jours qui défilent par un simple mouvement de la main et le « tchou, tchou, tchou » du train. Il y a dans ce texte de l’humour (« À l’aube du septième jour, les portes s’ouvrent sur Auschwitz, la sélection commence. Leur Dieu ne regardait même pas. C’était malheureusement son jour de repos »), de l’émotion et un amour de la vie qui marquent notre mémoire. Pierre-Yves Desmonceaux est magnifique.

Micheline Rousselet

Les lundis et mardi à 19h45

Essaïon

6 rue Pierre au Lard, 75004 Paris

Réservations : 01 42 78 46 42

L’acteur peut aussi être contacté pour jouer dans des établissements scolaires, ce qu’il a déjà fait dans des lycées de la région parisienne à l’adresse mail suivante : pydesmonceaux69@gmail.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La vie de Galilée »
    La pièce, écrite par Brecht en 1938 et retravaillée jusqu’aux années 50, suit la vie de Galilée astronome, mathématicien et physicien italien du XVIIème siècle. Toujours avide de mettre au point de... Lire la suite (17 juin)
  • « Mary said what she said »
    Robert Wilson a offert le trône de Marie Stuart à Isabelle Huppert, une comédienne avec laquelle il se sent beaucoup d’affinités car elle comprend ce qu’il veut faire sans avoir besoin de beaucoup... Lire la suite (15 juin)
  • « Huckleberry Finn »
    Ce roman est considéré comme le chef d’œuvre de Mark Twain. L’histoire, qui se situe dans les années 1850 avant la guerre de sécession, est celle de Huckleberry Finn , un gamin si maltraité par son père... Lire la suite (7 juin)
  • L’école des femmes en accès libre sur internet
    Le spectacle L’école des femmes crée à l’Odéon en novembre 2018 avec une mise en scène de Stéphane Braunschweig est disponible en accès libre sur le site internet du théâtre et sur la plateforme Vimeo... Lire la suite (7 juin)
  • « Le champ des possibles »
    Après ses deux premiers spectacles ( La banane américaine, consacré à l’enfance et Pour que tu m’aimes encore, à l’adolescence), qui ont connu un joli succès, Élise Noiraud se consacre, avec ce nouvel... Lire la suite (6 juin)