Actualité théâtrale

Jusqu’au 2 avril à l’Essaïon

« En ce temps-là, l’amour »

« En ce temps-là, l’amour était de chasser ses enfants ». C’est ce qu’a fait le narrateur, permettant ainsi à un de ses enfants de survivre à la Shoah. Des années après, il écrit à son petit-fils et commence à raconter. Dans le train qui l’emmenait à Auschwitz, parmi les corps qui s’entassaient et où la mort commençait son œuvre, une « voix normale » s’est élevée, celle d’un père demandant à son fils de douze ans s’il avait fait ses devoirs. Pendant les sept jours du voyage, ce père crée pour son fils une fiction de vie normale, celle où on fait ses devoirs, où on apprend les maths et où on se brosse les dents avant de se coucher. Il lui parle aussi de Shakespeare, de philosophie et de religion. Il lui chante du Mozart parce qu’ « on ne peut pas ne pas avoir entendu cela dans sa vie ». Il veut par sa parole lui faire vivre toute une vie, de l’adolescence à l’amour charnel, du mariage à la mort, car peut-être en ce temps-là, « l’amour était de mentir aux enfants ».

Théâtre : en ce temps-là, l'amour

Pierre-Yves Desmonceaux, vêtu d’un pardessus, seul sur la petite scène de pierre du Théâtre de l’Essaïon dit ce texte magnifique de Gilles Segal. Il est le narrateur qui décrit ce train où hommes et femmes, jeunes et vieux, croyants ou incroyants, socialistes parfois, se dissolvent dans la faiblesse et la mort. Il est surtout ce père qui incarne ce qu’il peut y avoir de plus beau dans l’homme et éveille un peu d’humanité au cœur de ce désastre. Il est ce père qui joue la comédie à son enfant mais aussi ce fils, de moins en moins dupe, qui s’efforce lui aussi de jouer son rôle. Le comédien donne le sentiment des jours qui défilent par un simple mouvement de la main et le « tchou, tchou, tchou » du train. Il y a dans ce texte de l’humour (« À l’aube du septième jour, les portes s’ouvrent sur Auschwitz, la sélection commence. Leur Dieu ne regardait même pas. C’était malheureusement son jour de repos »), de l’émotion et un amour de la vie qui marquent notre mémoire. Pierre-Yves Desmonceaux est magnifique.

Micheline Rousselet

Les lundis et mardi à 19h45

Essaïon

6 rue Pierre au Lard, 75004 Paris

Réservations : 01 42 78 46 42

L’acteur peut aussi être contacté pour jouer dans des établissements scolaires, ce qu’il a déjà fait dans des lycées de la région parisienne à l’adresse mail suivante : pydesmonceaux69@gmail.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Dom Juan ou le festin de pierre »
    Une adaptation du mythe de Don Juan et du texte de Molière d’une originalité et d’une force qui éveillent la réflexion et l’émotion. Même si Don Juan est un séducteur habile, il est loin de n’être que... Lire la suite (23 janvier)
  • « Comparution immédiate II : une loterie nationale ? »
    Plusieurs pièces se sont attachées ces derniers mois au spectacle des prétoires. Ce qui s’y passe ressemble souvent à du théâtre, les prévenus comme les avocats, le procureur et les juges se mettant en... Lire la suite (21 janvier)
  • « Le reste vous le connaissez par le cinéma »
    Présentée en juillet dernier au festival d’Avignon, cette version contemporaine des Phéniciennes d’Euripide, écrite par l’auteur britannique Martin Crimp et mise en scène par Daniel Jeanneteau, est... Lire la suite (20 janvier)
  • « Une histoire d’amour »
    Justine sort d’une histoire d’amour avec un garçon et tombe amoureuse de Katia, un amour brûlant. Justine veut un enfant, Katia trop blessée par la vie est très réticente. L’enthousiasme de Justine... Lire la suite (19 janvier)
  • « Dépendances »
    Deux frères, Henri et Tobias se retrouvent dans un appartement vide et un peu délabré qui fut celui de leur famille. Ils attendent leur frère Carl, qui comme d’habitude est en retard, pour décider de... Lire la suite (18 janvier)