Année 2016-2017

En direct de la Lozère : Appréciation négative sur la rentrée dans le 2nd degré (Montpellier)

En collège, le différentiel positif de 33 élèves par rapport aux prévisions a nécessité l’ouverture de deux classes de 6e, l’une à Langogne, l’autre à Mende. Nous reconnaissons la pertinence de cet ajustement. Cependant, l’absence de deux divisions prévues initialement sur le département, l’une à Marvejols (4e), l’autre à Vialas (6e) révèle que l’ajustement s’est réalisé à moyens constants. Si l’évolution du nombre d’élèves scolarisés en collège reste négative, la hausse des effectifs en 6e annonce une amélioration globale dans les années à venir. On ajoutera qu’une part plus importante d’élèves se sont orientés cette année en 3e Prépa Pro et sont désormais comptabilisés en lycée professionnel.

En lycée, les effectifs sont conformes aux prévisions malgré des ajustements nécessaires en juillet, notamment avec la création d’une classe de seconde et d’une première ES au lycée Chaptal et l’existence d’une terminale L à effectifs pléthoriques dans ce même établissement.

Des dotations insuffisantes mettent à mal les enseignements optionnels : le trop grand nombre d’élèves inscrits initialement en option Italien LV3 ou en EPS au Lycée Chaptal a entraîné une sélection parmi les volontaires, tandis que les options DGEMC et Éducation musicale de la série L étaient purement supprimées. Le lycée Peytavin a vu cependant une issue positive à sa demande d’ouverture d’une Section Sportive APPN.

Concernant les personnels, on dénombrait à la rentrée de nombreux postes ou BMP vacants, les plus touchés étant la physique-chimie et l’espagnol.

La situation des ULIS implantées dans les collèges de Mende et de Marvejols est très préoccupante à cette rentrée. Si l’attractivité de ces structures est confirmée, les moyens manquent pour y faire face : 2 postes pour 24 inscrits à Mende, 1 poste pour 20 inscrits à Marvejols alors que la réglementation prévoit un taux d’encadrement d’un enseignant pour 1 0 élèves. Les conditions de travail des personnels se voient grandement dégradées.

Côté vie scolaire, la rentrée 201 6 s’effectue, certes, avec un nombre de personnels de vie scolaire resté constant (84,5 ETP), mais avec des missions élargies dans le contexte sécuritaire actuel. Le SNES 48 évalue négativement ce bilan de rentrée dans le second degré en Lozère. L’offre d’enseignement s’appauvrit, le différentiel entre les effectifs prévus et la réalité de la rentrée n’a pas permis aux établissement de bénéficier d’une DGH au plus juste, les conditions de la prise en charge du handicap sur le département sont assez préoccupantes.

Clémence GOURET

Autres articles de la rubrique Année 2016-2017