Troisième "prépa-métier"

Troisième "prépa-métiers"

En marche vers l’apprentissage : un changement de paradigme

L’arrêté du 10-4-2019 relatif à l’organisation des enseignements dans les classes de troisième dites « prépa-métiers » est paru au BO du 16 mai 2019 (J.O. du 18-4-2019) malgré une opposition majoritaire lors du passage au Conseil Supérieur de l’éducation. Les amendements présentés par le SNES-FSU et le SNUEP-FSU, votés pour la plupart à la majorité n’ont pas non plus été repris par l’administration.

Troisième « prépa-métiers » déjà dévoyées

Le projet de Troisième « prépa-métiers » a pour origine un article (L. 337-3-1) de la loi « Pour choisir son avenir professionnel » votée le 5 septembre 2018. Lors des discussions à l’Assemblée nationale, Sylvie Charrière, députée LREM à l’origine de l’amendement en commission des affaires culturelles et de l’éducation, souhaitait surtout remplacer les DIMA. Ces classes devaient s’ajouter aux Troisièmes « prépa-pros » pour « proposer aux jeunes collégiens confrontés à un décrochage scolaire parfois important une classe spécifique, en collège, leur permettant de retrouver un sens à leur scolarité. »

Au final, c’est à la Troisième « prépa-pros « que le décret et l’arrêté substituent la Troisième « prépa-métiers « . Cette dernière s’inscrit pleinement dans la réforme de la voie professionnelle, à la fois par la réduction de la qualité et de la quantité des enseignements et par la volonté d’envoyer une partie des élèves vers l’apprentissage. Les élèves concernés ne sont plus les « décrocheurs » mais ceux qui sont en « en difficulté » au collège.

Un projet de classe désorganisée

Pourtant, les horaires d’enseignements seront diminués dans ce dispositif (Moins d’histoire-géographie, EMC, d’enseignements scientifiques et technologie, d’enseignements artistiques globalisés). Seuls le français et les mathématiques seront « consolidés », ce qui préfigure des « savoirs fondamentaux ». Sans date de stage commune pour les élèves, la classe sera désorganisée régulièrement.
Une partie importante des élèves sera destinée à choisir l’apprentissage comme le montre les périodes d’immersions dans des centres de formation d’apprentis (cfa) ou dans des unités de formation par apprentissage (ufa).

Le décret et l’arrêté ont reçu un avis négatif du Conseil supérieur de l’éducation (CSE) tant ils sont en régression par rapport à la Troisième « prépa-pro ».

L’apprentissage glisse au ministère du travail : changement de paradigme

A ce dispositif se rajoutent depuis mars 2019, les « prépa-apprentissage », issues elles aussi de la loi « Pour choisir son avenir professionnel » et pilotées par le ministère du travail. Elles s’adressent aux jeunes décrocheurs, ayant un niveau de qualification inférieure à IV, issus de 430 quartiers de la politique de la ville ou de zones rurales défavorisées. Il s’agit de mieux les préparer à entrer en alternance en travaillant à « la consolidation des savoirs faire de base (lire, écrire et compter), à l’apprentissage des savoirs professionnels (travail en équipe, ponctualité, autonomie) et définir un projet professionnel ».

« Prépa-métiers » et « prépa-apprentissage » ont les mêmes points communs : un manque d’ambition avec des savoirs limités à des aspects utilitaires et l’apprentissage comme seule perspective. Elles concernent les élèves de milieux populaires pour veiller à développer leur employabilité plutôt qu’une citoyenneté émancipée.

grille horaire

Organisation des enseignements dans les classes de troisième dites « prépa-métiers »
arrêté du 10-4-2019 - J.O. du 18-4-2019 (NOR MENE1908820A)

article du SNUEP-FSU sur le sujet

Autres articles de la rubrique Troisième "prépa-métier"