Actualité théâtrale

Jusqu’au 27 novembre au Théâtre de Belleville

« End/igné »

On n’entend plus beaucoup de théâtre algérien sur nos scènes. Pourtant les printemps arabes, qui ont démarré en réaction à l’immolation par le feu du jeune Tunisien Mohamed Bouazizi, après que la police lui a confisqué son étalage de fruits et légumes, ont rallumé l’intérêt pour la révolte d’une jeunesse contre des politiques corrompus et incompétents qui s’accrochent au pouvoir année après année. Le metteur en scène Kheireddine Lardjam, qui travaille aussi bien en Algérie qu’en France, a passé commande au dramaturge, romancier poète et journaliste Mustapha Benfodil, pour donner la parole à cette jeunesse qui n’a plus que sa vie à donner pour manifester sa détresse et sa colère et pour qui l’immolation devient la manière la plus spectaculaire de le faire.

Théâtre : End/igné

Nous sommes dans la morgue d’une petite ville, Balbala. Dans les tiroirs où s’alignent les cadavres, Moussa, ingénieur devenu « nécrologue » faute d’autre possibilité, voit passer toutes les histoires de la ville, les victimes des règlements de compte liés à la drogue ou au trafic d’organes, les Subsahariens venus s’échouer là. Il prépare un livre avec son copain Aziz, qui dénonce, à longueur de blogs et de vidéos volées, la corruption et les maux qui gangrènent la ville et qui va passer pour la énième fois en procès. Mais cette fois c’est Aziz qui est dans le sac qui arrive à la morgue.

La pièce nous dit ce qu’est ce monde mais avec de la distance, de l’humour, une dose de cynisme, de la rage, de l’ironie, de la poésie aussi. Azzedine Bénamara est Moussa. Dans cette morgue froide, seul un mur où il affiche les articles sur les faits divers de la ville et une radio apportent un semblant de vie. Et il y a la voix de Moussa qui raconte avec humour la chronique de cette ville et de ses habitants. Dans son dictaphone, il fait entendre la voix rageuse d’une jeunesse fauchée en plein vol, qui n’a plus aucun espoir, coincée entre des diplômes qui ne garantissent aucun emploi, une religion envahissante et hypocrite et une corruption généralisée. Il dit une société bloquée où les fils reprochent à leurs pères leur silence et leur résignation et où certains ne voient plus qu’une porte de sortie, « affronter le feu plutôt que vivre en enfer ». Aux autres restent un humour corrosif et la rage. Un spectacle fort porté par un acteur habité.

Micheline Rousselet

Lundi et mardi à 19h15, dimanche 15h

Théâtre de Belleville

94 rue du Faubourg du Temple, 75011 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 06 72 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La vie de Galilée »
    La pièce, écrite par Brecht en 1938 et retravaillée jusqu’aux années 50, suit la vie de Galilée astronome, mathématicien et physicien italien du XVIIème siècle. Toujours avide de mettre au point de... Lire la suite (17 juin)
  • « Mary said what she said »
    Robert Wilson a offert le trône de Marie Stuart à Isabelle Huppert, une comédienne avec laquelle il se sent beaucoup d’affinités car elle comprend ce qu’il veut faire sans avoir besoin de beaucoup... Lire la suite (15 juin)
  • « Huckleberry Finn »
    Ce roman est considéré comme le chef d’œuvre de Mark Twain. L’histoire, qui se situe dans les années 1850 avant la guerre de sécession, est celle de Huckleberry Finn , un gamin si maltraité par son père... Lire la suite (7 juin)
  • L’école des femmes en accès libre sur internet
    Le spectacle L’école des femmes crée à l’Odéon en novembre 2018 avec une mise en scène de Stéphane Braunschweig est disponible en accès libre sur le site internet du théâtre et sur la plateforme Vimeo... Lire la suite (7 juin)
  • « Le champ des possibles »
    Après ses deux premiers spectacles ( La banane américaine, consacré à l’enfance et Pour que tu m’aimes encore, à l’adolescence), qui ont connu un joli succès, Élise Noiraud se consacre, avec ce nouvel... Lire la suite (6 juin)