Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Alvaro Longoria (Espagne)

"Enfants des nuages, dernière colonie" Sortie en salles le 30 avril 2014.

En 2008, l’acteur espagnol Javier Bardem participe au festival Fisahara qui se tient dans un camp de réfugiés sahraoui.

Face à la réalité de ces camps où les droits de l’homme sont bafoués, où des réfugiés sans cesse menacés errent avec leurs troupeaux dans le désert, de point de végétation en point de végétation pour les nourrir, où les disparitions se multiplient, où la torture, les arrestations, la brutalité se vivent au quotidien dans l’indifférence totale, l’acteur espagnol envisage plusieurs démarches pour faire en sorte que la communauté internationale soit mise face à ses responsabilités concernant le peuple sahraoui.

Qu’en est-il de la position actuelle de la Cour internationale de justice qui avait statué en faveur de l’invalidité des revendications du Maroc sur le territoire sahraoui ? Du référendum annoncé par les Nations-Unies en 1991 après la rupture du cessez-le-feu entre le Maroc et le Front Polisario et qui n’a toujours pas été mis en place ?

Avec "Les Enfants des nuages, dernière colonie" dont il est l’un des producteurs, il espère bien attirer l’attention sur la situation du Sahara occidental, ancienne colonie espagnole, occupée par le Maroc depuis 1975 et qui est la dernière nation africaine à n’avoir pas acquis l’indépendance post-coloniale.

Le film d’Alvaro Longoria attire l’attention sur une situation qui perdure depuis des décennies et sur le fait que la violation des droits fondamentaux du peuple sahraoui résulte de la stratégie d’évitement de la part de la communauté internationale, à la fois dans les territoires du Sahara occidental et dans les camps de réfugiés en Algérie.

Le film se présente comme un voyage très personnel de Javier Bardem servant de guide au spectateur le long des méandres de la diplomatie mondiale.

Il revient sur les trente-huit années d’un peuple pris dans la tourmente de l’occupation marocaine.

Il traite également de la lutte armée contre le Front Polisario, des connivences américaines pendant la Guerre froide, du véto systématique de la France à l’ONU contre l’application de mesures garantissant le respect des droits de l’homme dans les territoires occupés.

Plusieurs personnalités politiques sont interviewées pour dénoncer une situation de stagnation criminelle : la Présidente sahraouie des Droits de l’Homme, l’ancien chef du gouvernement espagnol Felipe Gonzalez, l’ancien Ministre français des affaires étrangères Jean-François Poncet ou l’envoyé personnel du Secrétaire général à l’ONU pour le Sahara occidental.

Mais le documentaire fait aussi mention des entretiens refusés : ainsi JM Aznar, Kofi Annan ou l’ancien Président de la France, Valéry Giscard d’Estaing…

Et il insiste sur les difficultés que rencontre Javier Bardem au moment du film pour remettre au Président Zapatero la liste des 230 000 signatures rassemblées en Espagne en faveur de la cause sahraouie.

Des témoignages d’enfants traumatisés par la mort ou la disparition de leurs parents, ceux de militants violemment torturés par l’armée ou la police d’occupation marocaine émaillent le film.

Primé Aux Festivals de Berlin, Toronto et San-Sebastian en 2012, "Les enfants des nuages" a également remporté en 2013 le Prix Goya du meilleur film documentaire.

Sa distribution en France est une victoire pour le metteur en scène, les producteurs et pour tous ceux qui luttent contre le maintien en précarité et en menaces permanentes de tout un peuple.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)
  • « Trois étés »
    Chaque année, Edgar et Marta qui appartiennent à la classe de la finance du Brésil organisent une grande fête dans la luxueuse résidence d’été qu’ils possèdent près de Rio de Janeiro. La réception est... Lire la suite (9 mars)
  • « La bonne épouse »
    Paulette Van Der Beck est la directrice d’une institution pour jeunes filles dont l’enseignement se résume à faire d’elles de futures parfaites épouses et maîtresses de maison. Ce genre d’établissement... Lire la suite (9 mars)