US Magazine 786 du 9 mars 2019

Enseignement scientifique : lourd et abstrait

Malgré un vote négatif du Conseil supérieur de l’éducation (CSE), le ­programme d’Enseignement scientifique de Première a été maintenu en l’état.

Ce programme intellectuellement ambitieux ne convient pas au tronc commun et à la diversité des élèves auxquels il s’adresse. Certains sujets seront compliqués à aborder avec des lycéens sans appétence pour les sciences. Contrairement aux propos ministériels, les mathématiques n’y sont considérées que comme un outil.

Sans surprise, dans le cadre d’une marge très réduite (8 heures par division de 35 élèves en cycle terminal), et d’une concurrence avec la constitution de groupes à effectif réduit en enseignement de spécialité et avec les options, la plupart des projets de répartition de services ne permettront pas de pratiquer d’activités expérimentales, ni de réaliser le « projet expérimental et numérique » dans des conditions d’effectif raisonnable comme le précise le programme. Cet enseignement se fera donc majoritairement en classe entière en partageant une heure de physique-chimie et une heure de SVT.

La complexité de ce qui sera enseigné sera fixée par la banque d’exercices d’épreuve commune, ce qui n’est pas acceptable. Toutes ces conditions rendent ce programme irréalisable.

Bricolage

Le ministère découvre en mars que les actuels programmes de Seconde de PC et de SVT ne seront pas adaptés aux nouveaux programmes de Première. Il demande, dans une note non réglementaire, de réaliser en cette fin d’année de Seconde, une partie du programme futur, au détriment ou en plus, selon les académies et les disciplines, du programme toujours en vigueur.

Le SNES-FSU a pointé depuis longtemps ce manque de cohérence. Cette note est une nouvelle preuve du mépris ou de l’ignorance dans lequel le ministère tient le travail des enseignants et de l’impréparation de cette réforme.

Le SNES-FSU demande toujours une autre réforme du lycée. Il apportera tout soutien nécessaire aux collègues face à cette injonction hiérarchique : halte à l’improvisation !

Anne-Sophie Legrand, Valérie Degoy

Autres articles de la rubrique US Magazine 786 du 9 mars 2019

  • Lycée : des options qui comptent ?
    Annonces par voie de presse, discours contradictoire en CSE, textes au JO… mais pas au BO : la communication ministérielle sur le statut des options dans le nouveau bac entretient les confusions.... Lire la suite (4 avril)
  • Lycée : sélection par les maths
    Dans un contexte de pénurie de professeurs de mathématiques, la réforme vise à réserver cet enseignement aux seuls élèves qui se destinent aux études scientifiques. Les mathématiques sortent du tronc... Lire la suite (4 avril)
  • Verdun : les réactionnaires canonnent, le ministre enfume...
    Pourquoi donner une telle importance à un élément du programme tout compte fait sans importance ? Les programmes d’histoire, décidément, sont l’objet d’une mise en ordre de bataille idéologique. Les... Lire la suite (4 avril)
  • Bac blanc, deux IG en mission !
    Pour protester contre les réformes Blanquer, les collègues du lycée Philippe-Lamour (Nîmes) décident d’annuler le bac blanc prévu avant les vacances de février. Décision aux conséquences inattendues !... Lire la suite (4 avril)
  • Nice : mobilisations tous azimuts
    La préparation de la rentrée a révélé des situations toutes dégradées dans les lycées de l’académie : au lycée Audiberti de Nice, la baisse prévue de 76 heures d’enseignement entraîne cinq suppressions de... Lire la suite (4 avril)