Collège : quelle progression des apprentissages documentaires ? Et surtout comment ?

Enseigner l’information documentation au collège : dans quel cadre ?  Compte-rendu de l’atelier organisé lors du stage national des 22/23 novembre 2007

Nous avons rappelé :
que si nous concevons l’enseignement de l’information documentation qu’intégré dans un authentique travail de recherche disciplinaire ou pluridisciplinaire,
nous affirmons que des savoirs spécifiquement documentaires sont à construire (ce qui suppose leur identification, des apprentissages cohérents et progressifs, une évaluation) et que la posture de prestation de service seule, ne le permet pas.
que ces apprentissages doivent être mis en œuvre pour tous les élèves, seule condition pour que le professeur documentaliste puisse s’appuyer sur des acquis.

Nous avons commencé par décrire le dispositif du collège Politzer de La Courneuve où les élèves ont des ateliers à leur emploi du temps :
lecture / documentation en 6e, avec des binômes prof de français / prof doc, en demi-classe, soit 1 h prof et 0,5 h élève, toute l’année.
recherche documentaire en 5e et 3e, avec des binômes prof d’HG / prof doc, en demi-classe, soit 1 h prof et 0,5 h élève. Chaque niveau ne vient au CDI qu’un semestre, le 2e semestre s’effectuant en classe, pour des raisons de disponibilité du CDI et des deux professeurs documentalistes. Cela représente environ 6 à 8 heures de formation documentaire pour chaque élève de 5e et de 3e.
Ce dispositif est financé par des heures de la DHG affectées en HG pour les 5e et les 3e en plus de l’horaire disciplinaire. En 6e il est financé cette année par l’heure d’ATP de français. Ce dispositif de la 6e à la 3e permet d’élaborer des apprentissages cohérents et progressifs.

Nous avons ensuite fait le recensement des pratiques et des dispositifs utilisés par les professeurs documentalistes comme autant de trous de souris dans lesquels ils se faufilent pour tenter d’organiser la formation des élèves, en l’absence d’horaires réglementaires.
- L’ATP en 6e : Utilisation de certaines heures en accord avec le professeur de la classe. On peut éventuellement programmer un travail sur l’année. Mais après ? Pas de poursuite possible pour les autres niveaux. De plus, les heures d’ATP tendent à disparaître dans les collèges.
- Après les parcours diversifiés, les IDD mais qui ne concernent pas tous les élèves pour diverses raisons : emploi du temps, absence de partenariat avec les collègues… Qui plus est l’objectif d’une appropriation des méthodes de recherche documentaire nécessaire à l’apprentissage de l’autonomie a rarement été atteint car notre rôle a souvent été réduit à celui d’un prestataire de service. Enfin, dans beaucoup d’établissement les IDD ont purement et simplement disparus, sans être remplacés par d’autres dispositifs.
- Dédoublement officieux d’une classe en accord avec un professeur ; ces « groupes sauvages » constituent un dispositif encore aléatoire, ne concernant pas toutes les classes.
- Heure de vie de classe : suppose qu’une décision ait été prise dans l’établissement pour détourner certaines de ces heures, ce qui pose quand même un problème, les activités de lecture et de recherche documentaire ne relevant pas de la vie scolaire.
- La contractualisation : les projets financés par les heures supplémentaires données contractuellement aux établissements comme dans l’exemple cité, pour un travail sur l’orientation (10 heures année par classe, en plus pour les élèves et en HS pour les profs…sauf pour les docs bien sûr). Le risque est dans ce cas, la concurrence des projets. C’est d’ailleurs la seule issue que nous propose notre IG en développant le concept du projet de politique documentaire.
- Le B2I  : certains items nous concernent. Encore faut-il que nous ayons les possibilités de mener les apprentissages permettant une évaluation légitime, ce qui n’est pas le cas. Quelques collègues parviennent à utiliser le B2I pour obtenir un horaire leur permettant mener à bien ces apprentissages. De plus, il ne faut pas confondre infodoc et TIC,les items du B2I ne couvrant pas tous les savoirs et compétences de l’information-documentation.
- Et la dernière nouveauté : l’accompagnement éducatif, qui ose faire figurer la recherche documentaire parmi toutes les activités à proposer dans le cadre de l’école après l’école. Mais il semble que les collègues documentalistes n’ait pas encore utilisé ce dispositif (en heures sup qu’ils ne peuvent percevoir !)

Ce tour d’horizon de ces pratiques « buissonnières » reflétant tout ce que nous condamnons au SNES, il ne reste qu’une solution pour que notre mandat de formation de tous les élèves à l’information soit respecté, c’est qu’elle figure dans l’emploi du temps des élèves grâce à des heures d’une ou plusieurs disciplines supports (recherche doc d’Histoire géographie, de SVT…). Cela suppose un travail en complémentarité prof de discipline / prof doc, le premier utilisant l’infodoc comme outil, le second comme objet d’étude, appliqué à des recherches concrètes, dans un CDI, centre de ressources et lieu de formation.

Cet aménagement de la grille horaire collège est la seule solution viable pour nous permettre de ne plus avoir à ruser pour tenter de former les élèves. Nous avons besoin d’un cadre horaire à partir duquel nous pourrons enfin construire une véritable progression des apprentissages documentaires. Demander un créneau identifié dans la grille horaire ne peut passer que par une réflexion sur les programmes des différentes disciplines et une augmentation de leurs volumes horaires. Cette revendication va complètement à l’encontre du discours actuel qui est toujours moins d’heures de cours. L’audit sur les horaires en collège a révélé que la France n’est qu’un peu au-dessus de la moyenne européenne. A nous de faire avancer cette revendication même dans un contexte qui ne nous est pas favorable.

Nous avons rappelé conjointement nos revendications d’un taux d’encadrement en documentation, de postes de personnels techniques, de locaux adaptés.

P.-S.

CR établi par Danielle Courtoux et Vassilia Margaria, Groupe Documentation - Secteur Contenus

Autres articles de la rubrique Collège : quelle progression des apprentissages documentaires ? Et surtout comment ?