Actualité théâtrale

Jusqu’au 26 mars au Lucernaire

" Entre ciel et chair "

Adapté du roman de Christiane Singer, la pièce nous conte l’histoire de deux amants mythiques, Héloïse et Abélard. Seule dans sa cellule, dans la pénombre, l’abbesse Héloïse se retourne sur son passé. Elle se revoit jeune fille, curieuse de tout intellectuellement et ouverte à toutes les découvertes. Son apprentissage passera par la rencontre avec Abélard que son oncle lui donne comme professeur et maître spirituel. Pour elle connaissance, sensualité et spiritualité vont être intrinsèquement liées. Elle dit : « Je n’ai rien appris sans que tous mes sens soient mis en éveil » ou encore « La voie du divin est passée pour moi par les entrailles ». En elle tout est taillé dans la même étoffe où les sens nourrissent l’intelligence, où la passion charnelle nourrit l’aspiration mystique. Le point de vue adopté est un point de vue féminin. Pour Héloïse, l’amour est la voie vers la liberté et la plénitude. Elle aime jusqu’au bout, est prête à sacrifier à cet amour les convenances sociales et à souffrir. Abélard paiera dans sa chair cet amour mais sacrifiera Héloïse à sa position sociale d’intellectuel et d’abbé. Au soir de sa vie, Héloïse devenue abbesse, n’a pas abdiqué sa passion mais a su la transcender et acquérir une certaine sagesse. « L’amour, pourquoi gémir de l’avoir perdu plutôt que se réjouir de l’avoir eu ».

Ce très beau texte qui dit si bien la passion charnelle et mystique, est mis en valeur par la mise en scène simple et épurée de Clara Ballatore. Les jeux de lumière de Franck Vidal contribuent à l’évocation des lieux, des saisons et accompagnent les séismes de la passion amoureuse et les épreuves terribles que connaît Héloïse. Christelle Willemez, grande, vêtue d’une longue robe de toile bis, nous donne une Héloïse lumineuse, passionnée, mystique. La pureté de sa diction souligne la beauté du texte. Le dialogue intérieur d’Héloïse trouve un écho dans la musique, la contrebasse de Michel Thouseau ou le violoncelle de Birgit Yew, qui l’accompagnent dans la pénombre. Un spectacle sobre, simple et brûlant de sensualité.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 18h30
Le Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs, 75006 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34
www.lucernaire.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)
  • « Le pays lointain (Un arrangement) »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens. Louis revient, au pays... Lire la suite (11 mars)