Actualité théâtrale

au Théâtre Nanterre Amandiers, jusqu’au 17 avril

"Epousailles et représailles" Diptyque librement inspiré de Hanokh Levin. Mise en scène Séverine Chavrier

Séverine Chavrier est au départ une musicienne. Elle jouait du piano dans deux mises en scène de Jean-Louis Martinelli aux Amandiers,"Schweyk" de Brecht et "Les fiancés de Loches" de Feydeau. Elle a également travaillé avec le chorégraphe François Verret, puis comme comédienne. Ces différentes casquettes l’ont conduite à la mise en scène de théâtre et pour ce, elle n’a pas choisi une pièce pré-écrite. "Epousailles et représailles" a été conçue à partir de plusieurs nouvelles que Hanokh Levin (connu en France pour être l’auteur de "Kroum l’ectoplasme") a écrites sous forme de duos de personnages sur le thème du mariage et de ses conséquences.
Le spectacle est composé de deux parties distinctes titrées "Représailles" et " Epousailles". La première partie, très rythmée, raconte le quotidien d’un jeune couple saisi dans des moments d’humeur contrastée, mais le plus souvent en désaccord, passant sans cesse de l’élan de séduction à la rupture du courant amoureux.
Cette première partie à deux personnages foisonne d’idées drôles, de trouvailles de toutes sortes. Elle fonctionne sur les difficultés à communiquer, sur les dialogues de sourds, sur les embrassades, les ruptures, les cassures, les fêlures, le rafistolage amoureux. Faut-il avoir en main un mégaphone pour se faire entendre de l’autre ou bien faut-il n’émettre aucune parole, simplement bouger les lèvres comme dans les films muets pour mieux attirer l’attention ?
La fausse tentative de suicide est-elle un bon moyen pour apitoyer un partenaire à bout de souffle ?
La deuxième partie, qui met en présence deux couples, est légèrement en deçà de la première qui plaçait la barre haut. Mais on s’amuse aussi et les trouvailles de mises en scène, les clins d’œil constants maintiennent le rythme et la bonne humeur.
Le décor monté sur roulettes regroupe des éléments en faïence, lavabo, bidet, évier, frigo et le réservoir de la chasse d’eau des toilettes contient une mini-bibliothèque…
Une bonne utilisation de la vidéo qui retransmet tout ce qui, dans l’action, se passe hors plateau, confirme la qualité de ce spectacle qui n’est pas irréprochable mais qui fait preuve d’un bout à l’autre d’une fantaisie débridée et bon enfant.
Francis Dubois

Théâtre Nanterre Amandiers
7 avenue Pablo Picasso
92 022 Nanterre Cedex
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00
www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée »
    Comme chaque semaine le Comte se rend chez la Marquise le jour où elle tient salon. Il craint qu’elle ne soit entourée de la foule habituelle des importuns, mais ce jour-là la météo en a décidé... Lire la suite (14 juin)
  • « L’avare »
    Comme l’a dit Louis Jouvet, ce n’est pas tant une passion de l’argent qui habite Harpagon, qu’une maladie qui le rend stupide, dur et égoïste à un degré magnifique ». C’est ce côté très noir qui habite... Lire la suite (13 juin)
  • « VxH – La voix humaine »
    Une femme attend, seule à côté d’un téléphone, un signe d’amour de celui qui l’a quittée. Elle parle, comprend, l’excuse, s’excuse. Elle aime toujours, s’invente des culpabilités pour ne pas faire face à un... Lire la suite (12 juin)
  • « L’Établi »
    Dans la foulée de mai 1968, des étudiants militants maoïstes choisirent de s’établir en usine pour encourager la création d’un mouvement révolutionnaire au sein de la classe ouvrière. Robert Linhart,... Lire la suite (11 juin)
  • « King Kong Théorie »
    Paru en 2006, l’essai de Virginie Despentes a été présenté comme « un manifeste pour un nouveau féminisme ». Les controverses se déchaînèrent autour du livre où l’auteur parlait du viol qu’elle avait subi... Lire la suite (4 juin)