Actualité théâtrale

au Théâtre Nanterre Amandiers, jusqu’au 17 avril

"Epousailles et représailles" Diptyque librement inspiré de Hanokh Levin. Mise en scène Séverine Chavrier

Séverine Chavrier est au départ une musicienne. Elle jouait du piano dans deux mises en scène de Jean-Louis Martinelli aux Amandiers,"Schweyk" de Brecht et "Les fiancés de Loches" de Feydeau. Elle a également travaillé avec le chorégraphe François Verret, puis comme comédienne. Ces différentes casquettes l’ont conduite à la mise en scène de théâtre et pour ce, elle n’a pas choisi une pièce pré-écrite. "Epousailles et représailles" a été conçue à partir de plusieurs nouvelles que Hanokh Levin (connu en France pour être l’auteur de "Kroum l’ectoplasme") a écrites sous forme de duos de personnages sur le thème du mariage et de ses conséquences.
Le spectacle est composé de deux parties distinctes titrées "Représailles" et " Epousailles". La première partie, très rythmée, raconte le quotidien d’un jeune couple saisi dans des moments d’humeur contrastée, mais le plus souvent en désaccord, passant sans cesse de l’élan de séduction à la rupture du courant amoureux.
Cette première partie à deux personnages foisonne d’idées drôles, de trouvailles de toutes sortes. Elle fonctionne sur les difficultés à communiquer, sur les dialogues de sourds, sur les embrassades, les ruptures, les cassures, les fêlures, le rafistolage amoureux. Faut-il avoir en main un mégaphone pour se faire entendre de l’autre ou bien faut-il n’émettre aucune parole, simplement bouger les lèvres comme dans les films muets pour mieux attirer l’attention ?
La fausse tentative de suicide est-elle un bon moyen pour apitoyer un partenaire à bout de souffle ?
La deuxième partie, qui met en présence deux couples, est légèrement en deçà de la première qui plaçait la barre haut. Mais on s’amuse aussi et les trouvailles de mises en scène, les clins d’œil constants maintiennent le rythme et la bonne humeur.
Le décor monté sur roulettes regroupe des éléments en faïence, lavabo, bidet, évier, frigo et le réservoir de la chasse d’eau des toilettes contient une mini-bibliothèque…
Une bonne utilisation de la vidéo qui retransmet tout ce qui, dans l’action, se passe hors plateau, confirme la qualité de ce spectacle qui n’est pas irréprochable mais qui fait preuve d’un bout à l’autre d’une fantaisie débridée et bon enfant.
Francis Dubois

Théâtre Nanterre Amandiers
7 avenue Pablo Picasso
92 022 Nanterre Cedex
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00
www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)