Actualité théâtrale

Jusqu’au 24 novembre au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis

« Erik Satie, mémoires d’un amnésique »

Quand on pense à Erik Satie, on entend ces morceaux aux titres étranges, Gnossiennes, Gymnopédies, « Trois petits morceaux en forme de poire » On pense aussi à ce curieux Monsieur qui passa de la « musique à genoux » au Caf’Conc’ et troqua ses sept complets de velours identiques, portés sept ans de suite, pour un costume noir de notaire et un chapeau melon, sans oublier ses légendaires parapluies.

Agathe Mélinand a écrit et réalisé ce « petit opéra comique sans lyrics » tendre et poétique, comme un hommage à ce personnage hors norme, parti d’Honfleur, où la ville a d’ailleurs aménagé avec humour sa maison, et mort à Arcueil dans un taudis encombré de son piano, de ses parapluies et de ses innombrables manuscrits. Il fut l’ami de Debussy, travailla avec Cocteau, Picasso et Picabia, fut le bref amant de Suzanne Valadon. Il adhéra à la SFIO puis au Parti Communiste et s’occupa à Arcueil des loisirs des enfants défavorisés les emmenant en promenade avec ses éternels parapluies et leur donnant des cours de solfège. Mais surtout il écrivit, de la musique bien sûr, mais aussi des chroniques et des aphorismes désopilants, du genre « si vous voulez vivre longtemps, vivez vieux » !
Théâtre : "Eric Satie"
Dans ce spectacle délicieux tout est d’Erik Satie, les mots et la musique. Il y a un joyeux désordre comme dans sa vie, de la couleur comme dans sa musique. Au début les spectateurs sont dans le noir, la scène aussi et comédiens et pianistes s’avancent, nous éblouissant de leurs lampes de poche. Quatre comédiens, deux hommes et deux femmes, vont vers leurs chaises et les deux pianistes vers leur piano. Leurs déplacements sont chorégraphiés avec beaucoup de précision. Peu à peu l’univers poétique et loufoque d’Erik Satie est crée, par sa musique et aussi par ses aphorismes dont on ne se lasse pas « N’entrez pas dans une maison qui n’emploie pas de la musique d’ameublement. Ne vous endormez pas sans entendre un morceau de musique d’ameublement ou vous dormirez mal ! ». La mise en scène utilise avec finesse des vidéos très graphiques et très colorées. Il y a des pupitres, des parapluies et des petits bateaux, il y a la musique de Satie, le bruit de la mer et celui des automobiles. Il ne s’agit pas de raconter la vie de Satie, mais tout y renvoie, les petits bateaux, la grosse poire qui descend des cintres, le grand rideau peint par Picasso pour Parade , dont il écrivit la musique.

Ce spectacle est une association musique et théâtre, ce que souhaitait promouvoir Jean Bellorini, le nouveau directeur du théâtre Gérard Philipe, très réussie. C’est intelligent, précis, léger, drôle, poétique et les interprètes se coulent à la perfection dans la musique et dans les mots. Et quand on entend à la fin « Il n’y a pas de vérité en art. Soutenir le contraire est un mensonge … et ce n’est pas beau de mentir », on a envie de rester encore là à les écouter.

Micheline Rousselet

Du lundi au samedi à 20h30, le dimanche à 15h30, relâche les mardis et mercredis

Théâtre Gérard Philipe

59 Bld Jules Guesde, 93200 Saint Denis

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 13 70 00

www.theatregerardphilipe.com

Du 2 au 20 décembre au Théâtre national de Toulouse et le 10 janvier au Théâtre Olympe de Gouges à Montauban

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)