Actualité théâtrale

à la MC93 de Bobigny jusqu’au 7 décembre

"Espia a una mujer que se mata", d’après "Oncle Vania" Adaptation, mise en scène de l’argentin Daniel Veronese

Daniel Veronese ne doit pas être de ceux qui veillent jalousement à conserver les œuvres de référence dans leur forme originale et figée. Il s’empare d’"Oncle Vania" de Tchekhov, en garde la trame, certains pics dramatiques de la pièce et s’évade en greffant sur le texte son regard sur le monde et sur le théâtre.
Il réduit l’espace scénique à une pièce exiguë où sept personnages (ceux de la pièce) se frôlent, se menacent, se caressent, s’embrassent dans un foisonnement de dialogues qui se chevauchent et exacerbent des conversations à vif. Sorte de confusion maîtrisée, à la faveur de quoi on passe d’un continent à l’autre, d’un siècle à l’autre pour un éclairage contemporain de la pièce de Tchekhov.
Ce qui, par un phénomène d’accumulation dramatique, pourrait devenir confus est au contraire d’une pertinence rare et d’une limpidité étonnante. On rit, on est ému, on jubile face à un travail d’un tel culot et d’une telle intelligence. Et la densité dramatique de la pièce de Tchekhov est non seulement respectée mais elle y gagne en profondeur charnelle.
Au moment où, en Argentine et partout ailleurs le lien social est mis à mal, le travail de Daniel Véronese nous rappelle que Tchekhov était un visionnaire et que son théâtre est d’une terrible actualité.
Un spectacle revigorant conduit tambour battant par une troupe de comédiens magnifiques.
A voir absolument.
Francis Dubois

MC93
1, bd Lénine 93000 Bobigny
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 41 60 72 72 ou www.mc93.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)