Actualité théâtrale

Jusqu’au 6 avril au théâtre du Lucernaire

« Et ma cendre sera plus chaude que leur vie »

Marina Tsvetaeva, qui connut un destin tragique, est une des plus grandes poétesses russes de la première moitié du XXème siècle. Son destin suit l’histoire russe. Son mari épouse d’abord la cause des Russes blancs. Restée en Russie, elle connaît la famine et est contrainte de confier ses deux filles à l’orphelinat. L’une d’elles y meurt de faim, ce qui crée chez elle un sentiment profond de culpabilité car elle avait gardé auprès d’elle son autre fille, qu’elle préférait. Elle rejoint ensuite son mari en exil à Prague d’abord, à Paris ensuite. Profondément attachée à son mari elle a cependant une vie sentimentale très libre et noue de nombreuses amitiés entre autres avec Maïakovski, Rainer Maria Rilke et surtout Boris Pasternak. « Décidée, conquérante, indomptable » selon ce dernier, elle est trop libre dans ses relations et ses idées pour être acceptée par les milieux de l’émigration russe. Elle retournera avec son mari, sa fille et son fils à Moscou à la veille de la guerre, mais là encore elle ne correspond pas à ce que le régime soviétique attend. Elle dit « célébrer l’usine et le kolkhoze, c’est comme célébrer l’amour heureux et ça je ne peux pas ». Son mari sera fusillé en 1941, sa fille internée en camp. Évacuée en Tatarie avec son fils après l’invasion allemande, dépourvue de ressources, l’Union des Écrivains ne la reconnaissant pas, elle se suicide en 1941.

Outre ses nombreux poèmes, elle a laissé des lettres, des cahiers de brouillon et des carnets. C’est de ces carnets que Marie Montegani a tiré ce spectacle.

Théâtre : Et ma cendre sera plus chaude que leur vie

En fond de scène des images floues, en noir et blanc un peu sale, évoquent la Russie en mutation avec quelques extraits d’ Octobre d’Eisenstein alternant avec des coulées bleues, rouges palpitantes, incandescentes qui cèdent le pas au gris et au noir ( Jamais la mer se retire de Ange Leccia). De la musique vient se mêler parfois à la voix de la comédienne, en soulignant la douleur contenue et le lyrisme du texte qu’elle porte.

Clara Ponsot, col roulé noir et longue jupe sombre, est assise quasi-immobile. Seuls son visage et ses mains sortent de l’ombre. Beau visage intense au regard profond, elle porte la voix de celle qui disait « Je ne sais pas vivre ici-bas... Je ne vis pas pour écrire des vers, j’écris des vers pour vivre ». Elle dit sa passion, son désespoir et quand à la fin le fond de la scène devient rouge, qu’elle proclame avec force « même dans le dernier sursaut je mourrai poète » et qu’elle récite un poème en russe, sa voix résonne tragiquement.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Dom Juan ou le festin de pierre »
    Une adaptation du mythe de Don Juan et du texte de Molière d’une originalité et d’une force qui éveillent la réflexion et l’émotion. Même si Don Juan est un séducteur habile, il est loin de n’être que... Lire la suite (23 janvier)
  • « Comparution immédiate II : une loterie nationale ? »
    Plusieurs pièces se sont attachées ces derniers mois au spectacle des prétoires. Ce qui s’y passe ressemble souvent à du théâtre, les prévenus comme les avocats, le procureur et les juges se mettant en... Lire la suite (21 janvier)
  • « Le reste vous le connaissez par le cinéma »
    Présentée en juillet dernier au festival d’Avignon, cette version contemporaine des Phéniciennes d’Euripide, écrite par l’auteur britannique Martin Crimp et mise en scène par Daniel Jeanneteau, est... Lire la suite (20 janvier)
  • « Une histoire d’amour »
    Justine sort d’une histoire d’amour avec un garçon et tombe amoureuse de Katia, un amour brûlant. Justine veut un enfant, Katia trop blessée par la vie est très réticente. L’enthousiasme de Justine... Lire la suite (19 janvier)
  • « Dépendances »
    Deux frères, Henri et Tobias se retrouvent dans un appartement vide et un peu délabré qui fut celui de leur famille. Ils attendent leur frère Carl, qui comme d’habitude est en retard, pour décider de... Lire la suite (18 janvier)