Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Joaquim Pinto (Portugal)

"Et maintenant, rappelle-moi" Sortie en salles le 12 novembre 2014.

C’est dans les années 80 que Joaquim Pinto se révèle comme ingénieur du son. Il travaille en collaboration avec Manoel de Oliveira et Joào César Monteiro dont il produira en 1995 " La comédie de Dieu" .

On retrouvera son nom au générique de "Loin" d’André Téchiné en 2001.

A l’époque il est déjà atteint à la fois du Sida et d’une hépatite C. Mais très vite, les maladies progressant, les tournages vont devenir trop éprouvants pour lui.

Il décide alors d’abandonner ses activités professionnelles cinématographiques et de partir avec son ami Nuno (qu’il épousera dès que le mariage gay est autorisé au Portugal) sur l’île de Santa Maria aux Açores.
Cinéma : "Et maintenant, rappelle-moi"
Là, il prend des cours d’agriculture et se reconvertit dans la culture de la terre.

Mais l’échec consécutif de deux traitements contre le sida le contraint à revenir vivre au Portugal.

Là, il s’installe à la campagne, cultive à nouveau, plante des arbres, toujours accompagné de ses quatre chiens.

Mais la maladie s’emballe et il entre dans un protocole de soins expérimentaux, très toxiques.

Alors que le pays lutte contre la crise économique, que les arbrisseaux qu’il plante sont confrontés la grande sècheresse, la forêt portugaise lutte contre les incendies et lui contre la maladie qui l’affaiblit chaque jour un peu plus.

"Et maintenant, rappelle-moi" est un journal intime. Joaquim Pinto a choisi de le tenir en images et les digressions qui le rythment conviennent bien au rendu cinématographique de l’exercice.

Lyrisme et constats terre à terre, scènes de la vie quotidienne et emballements poétiques rendent à égalité, la force indestructible et la fragilité chancelante de cet homme à bout de force mais jamais à bout d’espoir.

Un témoignage fort et émouvant.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)