Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Carla Simon (Espagne-Catalogne)

« Eté 93 » Sortie en salles le 19 juillet 2017.

A six ans, Frida a perdu ses deux parents. A la mort récente de sa mère, elle quitte Barcelone. Elle est recueillie par son oncle et sa tante, un jeune couple qui vit à la campagne avec leur petite fille de trois ans.

En passant par différentes phases d’une tristesse qu’elle tente de contenir, le temps d’un été, la fillette apprendra à accepter son chagrin et ses parents adoptifs, de leur côté, apprendront à l’aimer comme leur propre enfant.

Cinéma : Été 93

Pour l’écriture du scénario de son film, Carla Simon s’est inspirée de sa propre enfance mais dans la remémoration de cette période, les souvenirs, les histoires de famille et l’imaginaire se son mélangés et il en résulte avec l’assemblage de ces différents moments, un portrait presque secret de cet été 93 d’une enfant dans une nouvelle famille.

La réalisatrice a choisi, dans un souci de vraisemblance et de réalisme, de tourner en Catalogne dans les lieux réels où elle s’était elle-même retrouvée à l’âge de six ans.

La Garrotxa offre à voir des paysages particuliers. La région est entourée de montagnes et l’été, la végétation y est luxuriante.

Carla Simon a donné beaucoup d’importance à ses décors naturels où les deux fillettes évoluent librement donnant à son film un caractère de liberté et pour les enfants, l’occasion de vivre en communion avec une nature aussi complice que dangereuse.

L’été de Frida se découpe en trois périodes : l’arrivée dans la ferme où la fillette observe l’environnement d’un regard plus absent que chargé de mélancolie. Elle y fait preuve d’une docilité aux limites de l’abnégation.

La deuxième période fait suite à des moments d’observation. Elle s’y montre subitement indocile et se livre à des actions méchantes où elle s’essaie au mensonge et par lesquelles elle recherche les limites.

Dans la troisième période, alors qu’elle est rassurée sur la qualité de son environnement affectif, elle accepte la vérité sur la mort de ses parents et au milieu de jeux et de fous-rires, éclate en sanglots et laisse enfin libre cours à son chagrin.

« Eté 93 » est un film pudique et délicat constitué de moments d’observation d’une grande sensibilité. Traiter du deuil de ses deux parents pour une fillette de six ans au cinéma était un vrai défi.

D’autant plus que Carla Simon a fait le choix de ne jamais avoir recours à des moments saillants mais de rester à la fois dans une observation fine de son personnage et dans le regard que celle-ci porte sur son entourage.

Elle s’y tient au risque de rendre parfois son récit un peu monotone et de reléguer les adultes à des arrière-plans, sans doute pour s’attacher aux personnages des enfants et se livrer à une direction d’acteurs magistrale quand il s’agit des deux fillettes étonnantes de naturel.

Laia Artigas qui joue Frida livre une gamme de regards dans des tonalités proches, qu’ils relèvent de l’observation pure, du défi ou de la délectation du mensonge.

Paula qui interprète Anna dégage, dans chaque séquence où elle apparaît, une présence, une détermination étonnantes chez une actrice de quatre ans.

Tout sonne juste dans le film de Carla Simon qui règne en maître sur le traitement de la demi-teinte et sur la mise en place d’une atmosphère trouble...

Une réussite.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)