Actualité théâtrale

En tournée en France

« Être là »

Notre société vieillit, nos proches aussi. Comment nos parents vont-ils vivre leurs dernières années ? Serons-nous pour eux de bons enfants, comment ferons-nous s’ils ne sont plus autonomes ? Ce ne sont pas seulement des questions matérielles qui sont en jeu, mais aussi l’attention, l’amour qu’ils attendent de nous. Vincent Ecrepont, metteur en scène associé à la Comédie de Picardie, a écrit ce texte en s’inspirant de témoignages qu’il a recueillis pendant trois ans au pôle gérontologie du Centre hospitalier de Beauvais.

Théâtre : être là

Il en a tiré dix séquences où interviennent trois « personnages », la personne qui a vieilli souvent pas trop bien, une personne de sa famille qui la suit (époux ou épouse, fils ou fille), un soignant (médecin, directeur,directrice ou animateur d’EHPAD). De ces observations il a tiré des scènes pleines de vie, où les caractères se frottent. La mémoire s’est enfuie parfois, mais les sentiments et les traits de personnalité perdurent souvent. Ainsi ce vieux Monsieur dans son EHPAD dit qu’il va partir au golf et propose à une vieille pensionnaire d’aller « boire une coupe au bar ». Un autre se fait disputer car il cueille les fleurs des parterres du parc pour les offrir aux dames. Il y a la vieille dame grincheuse, mais au ton si juste qui s’insurge contre la rigidité des règlements, contre ce formatage qu’on leur impose. Il y a aussi la mère qui a oublié qu’elle avait une fille et des petits-enfants, bien d’autres encore.

À travers les dialogues passe toute une série de questions. Souvent apparaît un conflit entre les désirs des personnes âgées et les objectifs des institutions. Les enfants regrettent leur impatience devant la lenteur ou les pertes de mémoire de leurs parents tandis que les parents ont honte de ce qu’ils sont devenus. Pas de pathos mais de l’humanité et de l’humour car ces personnes âgées n’en manquent pas. À la question qu’est ce que vieillir, l’une d’elle répond « C’est quand on se retourne moins souvent sur une belle paire de fesses que sur son passé ! »

Céline Bellanger, Véronic Joly, Sylvain Savard prêtent leur voix aux trois « personnages ». Ils intervertissent leurs rôles, enfilent une blouse ou une robe, changent rapidement de chaussures pour passer tour à tour du statut de personne âgée à celui de fils ou fille ou de soignant. Ils reviennent parfois à leur statut de comédien et nous interrogent. Des panneaux qui basculent nous entraînent d’un hall de maison de retraite à une chambre. On sourit avec cette vieille dame qui rouspète contre le « totalitarisme qui règne ici », on écoute les enfants se quereller pour savoir s’ils doivent placer leur père en EHPAD ou respecter son désir de rester chez lui. Mais dans ce cas qui va s’en occuper ?

Il y a le rire qu’on ne peut réprimer face à cette femme persuadée qu’on lui a volé son réveil, mais aussi le chagrin que l’on partage pour la fille confrontée à une mère qui a oublié son nom et répète les noms de ses petits-enfants pour essayer de s’en souvenir.

Sur ce sujet, qui aurait pu n’être que grave, Vincent Ecrepon nous entraîne avec intelligence en alternant sourires et émotions.

Micheline Rousselet

Le 16 mars à 20h, MNCA-Maison de la Culture de Nevers (58)

Le 22 mars à 14h et 20h30, Théâtre des Tisserands à Lille (59)

Le 30 mars à 19h30, Comédie de Picardie à Beauquesne (80)

Le 12 avril à 20h30 Salle des 3 villages, Savignies (60)

Autres dates et lieux sur le site de la Comédie de Picardie

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Tristesse et joie dans la vie des girafes »
    Girafe, une petite fille de neuf ans que sa maman a surnommée ainsi en raison de sa taille, vit seule avec son père à Lisbonne depuis la mort de sa mère. Elle veut faire un exposé en classe sur la... Lire la suite (17 décembre)
  • « Rabelais »
    En 1968 Jean-Louis Barrault était prêt à monter à l’Odéon, théâtre qu’il dirigeait, un spectacle sur Rabelais, qui ne s’en tenait pas qu’à Gargantua et Pantagruel mais puisait aussi dans le Tiers, le... Lire la suite (12 décembre)
  • « Jusqu’ici tout va bien »
    Tout le monde a le souvenir d’un de ces repas de Noël où tout part en vrille. À la faveur de ce repas, souvent fort long et bien arrosé censé montrer l’amour que l’on porte à sa famille, il arrive que... Lire la suite (12 décembre)
  • « J’ai des doutes »
    François Morel a eu envie d’aller au paradis rendre visite à Raymond Devos. Cela commence par la petite musique de la chanson Le clown est mort et sur un grand coup de tonnerre Dieu-François Morel... Lire la suite (10 décembre)
  • « Europa (esperanza) »
    Sur une plage d’Alger deux jeunes, Nader et Djamel, 14 ans et 12 ans et demi discutent. Ils voient juste en face « l’Europe lascive Babylone ». De cette Europe ils n’ont qu’une miette, un portable, «... Lire la suite (9 décembre)